Search
mercredi 1 fév 2023
  • :
  • :

Les ambassadeurs des Vosges toujours plus nombreux et fiers de leur département

Écouter cet article
image_pdfimage_print

Promouvoir les Vosges à travers ses entreprises, développer le tissu économique du département, tel est l’objectif du réseau des Ambassadeurs qui tenait sa plénière ce jeudi soir dans l’amphithéâtre de l’ENSTIB.

Plus de 70 entreprises étaient présentes dont 4 nouvelles adhérentes : ewattch à Saint Dié avec ses 23 salariés qui développe des technologies pour mesurer la consommation énergétique des entreprises, Fileurope à Rambervillers, spécialisée dans les caddies en fil métallique, 1083 à Rupt sur Moselle forte de 50 salariés qui confectionne des jeans, et FRAMATEC à Dinozé spécialiste des structures métalliques.

Ces entreprises ont à cœur de promouvoir la marque « Je vois la vie en Vosges » car, comme l’a rappelé François Vannson, le département a tous les ingrédients pour favoriser la réussite économique : la présence de la fibre, un désenclavement grâce aux transports et surtout les talents.

Franck Perry, 4ème Vice-Président, délégué à l’Economie,a rappelé le partenariat avec l’antenne Boss & vous du conseil départemental qui met en relation les candidats et les entreprises avec la création d’une application pour smartphone depuis cette année.

Quant à Yannick Holtzer, animateur du réseau, il a parlé des deux nouveautés principales à savoir la mise en place d’un livret d’accueil, recueil de témoignages de Vosgiens de naissance ou d’adoption qui s’épanouissent au sein de notre département personnellement et/ou professionnellement, à destination des nouveaux embauchés des entreprises du réseau et la boutique éphémère « je vois la vis en vosges » rue Léopold Bourg

Les matinales, au cours desquelles une entreprise du réseau ouvre ses portes aux autres ambassadeurs, seront encore au programme de 2023 avec 10 rencontres prévues au sein des sociétés Gerbois à Sapois, DS Smith à Vittel, Vosges FM à Epinal, Mauffrey à Eloyes,  Sammode à Châtillon sur Saône, MA industries à Saint Etienne les Remiremont, le tout nouvel hôtel « le Chapitre » à Remiremont, Fileurope à Rambervillers, Marcillat à Corcieux, Moustache Bikes à Thaon-les -Vosges.

Ensuite, Benoit Bastien, arbitre professionnel, élu meilleur arbitre 2022 en ligue 1 a tenu une conférence sur le thème « décider sous pression, gérer l’erreur et faire face à la critique »

Qui mieux qu’un arbitre, dont les décisions, nécessairement rapides et parfois impopulaires, sont régulièrement sous le feu des critiques, pour comprendre les chefs d’entreprises, eux aussi amenés à trancher et prendre des mesures souvent difficiles pour faire progresser leur société ?

Il a enjoint l’assemblée à assumer ses décisions et même ses erreurs et gérer ses émotions et lui a permis, le temps d’une soirée, de vivre sa vie d’arbitre en attribuant des cartons jaunes ou rouges après visionnage d’images de matchs de football.

Le parallèle ne s’arrête pas là : tout comme le métier d’arbitre a dû évoluer avec l’instauration de l’arbitrage vidéo depuis 4 ans, les entreprises doivent sans cesse s’adapter au contexte, qu’il soit économique, sanitaire ou encore digital.

Promouvoir les Vosges à travers ses entreprises, développer le tissu économique du département, tel est l’objectif du réseau des Ambassadeurs qui tenait sa plénière ce jeudi soir dans l’amphithéâtre de l’ENSTIB.

Plus de 70 entreprises étaient présentes dont 4 nouvelles adhérentes : ewattch à Saint Dié avec ses 23 salariés qui développe des technologies pour mesurer la consommation énergétique des entreprises, Fileurope à Rambervillers, spécialisée dans les caddies en fil métallique, 1083 à Rupt sur Moselle forte de 50 salariés qui confectionne des jeans, et FRAMATEC à Dinozé spécialiste des structures métalliques.

Ces entreprises ont à cœur de promouvoir la marque « Je vois la vie en Vosges » car, comme l’a rappelé François Vannson, le département a tous les ingrédients pour favoriser la réussite économique : la présence de la fibre, un désenclavement grâce aux transports et surtout les talents.

Franck Perry, 4ème Vice-Président, délégué à l’Economie,a rappelé le partenariat avec l’antenne Boss & vous du conseil départemental qui met en relation les candidats et les entreprises avec la création d’une application pour smartphone depuis cette année.

Quant à Yannick Holtzer, animateur du réseau, il a parlé des deux nouveautés principales à savoir la mise en place d’un livret d’accueil, recueil de témoignages de Vosgiens de naissance ou d’adoption qui s’épanouissent au sein de notre département personnellement et/ou professionnellement, à destination des nouveaux embauchés des entreprises du réseau et la boutique éphémère « je vois la vis en vosges » rue Léopold Bourg

Les matinales, au cours desquelles une entreprise du réseau ouvre ses portes aux autres ambassadeurs, seront encore au programme de 2023 avec 10 rencontres prévues au sein des sociétés Gerbois à Sapois, DS Smith à Vittel, Vosges FM à Epinal, Mauffrey à Eloyes,  Sammode à Châtillon sur Saône, MA industries à Saint Etienne les Remiremont, le tout nouvel hôtel « le Chapitre » à Remiremont, Fileurope à Rambervillers, Marcillat à Corcieux, Moustache Bikes à Thaon-les -Vosges.

Ensuite, Benoit Bastien, arbitre professionnel d’origine vosgienne, élu meilleur arbitre 2022 en ligue 1, a tenu une conférence sur le thème « décider sous pression, gérer l’erreur et faire face à la critique »

Qui mieux qu’un arbitre, dont les décisions, nécessairement rapides et parfois impopulaires, sont régulièrement sous le feu des critiques, pour comprendre les chefs d’entreprises, eux aussi amenés à trancher et prendre des mesures souvent difficiles pour faire progresser leur société ?

Il a enjoint l’assemblée à assumer ses décisions et même ses erreurs et gérer ses émotions et lui a permis, le temps d’une soirée, de vivre sa vie d’arbitre en attribuant des cartons jaunes ou rouges après visionnage d’images de matchs de football.

Le parallèle ne s’arrête pas là : tout comme le métier d’arbitre a dû évoluer avec l’instauration de l’arbitrage vidéo depuis 4 ans, les entreprises doivent sans cesse s’adapter au contexte, qu’il soit économique, sanitaire ou encore digital.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="212183,212186,212187"] Promouvoir les Vosges à travers ses entreprises, développer le tissu économique du département, tel est l’objectif du réseau des Ambassadeurs qui tenait sa plénière ce jeudi soir dans l’amphithéâtre de l’ENSTIB. Plus de 70 entreprises étaient présentes dont 4 nouvelles adhérentes : ewattch à Saint Dié avec ses 23 salariés qui développe des technologies pour mesurer la consommation énergétique des entreprises, Fileurope à Rambervillers, spécialisée dans les caddies en fil métallique, 1083 à Rupt sur Moselle forte de 50 salariés qui confectionne des jeans, et FRAMATEC à Dinozé spécialiste des structures métalliques. Ces entreprises ont à cœur de promouvoir la marque « Je vois la vie en Vosges » car, comme l’a rappelé François Vannson, le département a tous les ingrédients pour favoriser la réussite économique : la présence de la fibre, un désenclavement grâce aux transports et surtout les talents. Franck Perry, 4ème Vice-Président, délégué à l'Economie,a rappelé le partenariat avec l’antenne Boss & vous du conseil départemental qui met en relation les candidats et les entreprises avec la création d’une application pour smartphone depuis cette année. Quant à Yannick Holtzer, animateur du réseau, il a parlé des deux nouveautés principales à savoir la mise en place d’un livret d’accueil, recueil de témoignages de Vosgiens de naissance ou d’adoption qui s’épanouissent au sein de notre département personnellement et/ou professionnellement, à destination des nouveaux embauchés des entreprises du réseau et la boutique éphémère « je vois la vis en vosges » rue Léopold Bourg Les matinales, au cours desquelles une entreprise du réseau ouvre ses portes aux autres ambassadeurs, seront encore au programme de 2023 avec 10 rencontres prévues au sein des sociétés Gerbois à Sapois, DS Smith à Vittel, Vosges FM à Epinal, Mauffrey à Eloyes,  Sammode à Châtillon sur Saône, MA industries à Saint Etienne les Remiremont, le tout nouvel hôtel « le Chapitre » à Remiremont, Fileurope à Rambervillers, Marcillat à Corcieux, Moustache Bikes à Thaon-les -Vosges. Ensuite, Benoit Bastien, arbitre professionnel, élu meilleur arbitre 2022 en ligue 1 a tenu une conférence sur le thème « décider sous pression, gérer l’erreur et faire face à la critique » Qui mieux qu’un arbitre, dont les décisions, nécessairement rapides et parfois impopulaires, sont régulièrement sous le feu des critiques, pour comprendre les chefs d’entreprises, eux aussi amenés à trancher et prendre des mesures souvent difficiles pour faire progresser leur société ? Il a enjoint l’assemblée à assumer ses décisions et même ses erreurs et gérer ses émotions et lui a permis, le temps d’une soirée, de vivre sa vie d’arbitre en attribuant des cartons jaunes ou rouges après visionnage d’images de matchs de football. Le parallèle ne s’arrête pas là : tout comme le métier d’arbitre a dû évoluer avec l’instauration de l’arbitrage vidéo depuis 4 ans, les entreprises doivent sans cesse s’adapter au contexte, qu’il soit économique, sanitaire ou encore digital. Promouvoir les Vosges à travers ses entreprises, développer le tissu économique du département, tel est l’objectif du réseau des Ambassadeurs qui tenait sa plénière ce jeudi soir dans l’amphithéâtre de l’ENSTIB. Plus de 70 entreprises étaient présentes dont 4 nouvelles adhérentes : ewattch à Saint Dié avec ses 23 salariés qui développe des technologies pour mesurer la consommation énergétique des entreprises, Fileurope à Rambervillers, spécialisée dans les caddies en fil métallique, 1083 à Rupt sur Moselle forte de 50 salariés qui confectionne des jeans, et FRAMATEC à Dinozé spécialiste des structures métalliques. Ces entreprises ont à cœur de promouvoir la marque « Je vois la vie en Vosges » car, comme l’a rappelé François Vannson, le département a tous les ingrédients pour favoriser la réussite économique : la présence de la fibre, un désenclavement grâce aux transports et surtout les talents. Franck Perry, 4ème Vice-Président, délégué à l'Economie,a rappelé le partenariat avec l’antenne Boss & vous du conseil départemental qui met en relation les candidats et les entreprises avec la création d’une application pour smartphone depuis cette année. Quant à Yannick Holtzer, animateur du réseau, il a parlé des deux nouveautés principales à savoir la mise en place d’un livret d’accueil, recueil de témoignages de Vosgiens de naissance ou d’adoption qui s’épanouissent au sein de notre département personnellement et/ou professionnellement, à destination des nouveaux embauchés des entreprises du réseau et la boutique éphémère « je vois la vis en vosges » rue Léopold Bourg Les matinales, au cours desquelles une entreprise du réseau ouvre ses portes aux autres ambassadeurs, seront encore au programme de 2023 avec 10 rencontres prévues au sein des sociétés Gerbois à Sapois, DS Smith à Vittel, Vosges FM à Epinal, Mauffrey à Eloyes,  Sammode à Châtillon sur Saône, MA industries à Saint Etienne les Remiremont, le tout nouvel hôtel « le Chapitre » à Remiremont, Fileurope à Rambervillers, Marcillat à Corcieux, Moustache Bikes à Thaon-les -Vosges. Ensuite, Benoit Bastien, arbitre professionnel d'origine vosgienne, élu meilleur arbitre 2022 en ligue 1, a tenu une conférence sur le thème « décider sous pression, gérer l’erreur et faire face à la critique » Qui mieux qu’un arbitre, dont les décisions, nécessairement rapides et parfois impopulaires, sont régulièrement sous le feu des critiques, pour comprendre les chefs d’entreprises, eux aussi amenés à trancher et prendre des mesures souvent difficiles pour faire progresser leur société ? Il a enjoint l’assemblée à assumer ses décisions et même ses erreurs et gérer ses émotions et lui a permis, le temps d’une soirée, de vivre sa vie d’arbitre en attribuant des cartons jaunes ou rouges après visionnage d’images de matchs de football. Le parallèle ne s’arrête pas là : tout comme le métier d’arbitre a dû évoluer avec l’instauration de l’arbitrage vidéo depuis 4 ans, les entreprises doivent sans cesse s’adapter au contexte, qu’il soit économique, sanitaire ou encore digital.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.