Search
lundi 5 déc 2022
  • :
  • :

Nouvelle mobilisation des magistrats ce mardi à Epinal Le ras-le-bol d’une profession confrontée à une « charge de travail titanesque »

Écouter cet article
image_pdfimage_print

manifestation-avocats-epinal (6)Les magistrats, greffiers, fonctionnaires du ministère de la justice  et professionnels de justice étaient rassemblés ce mardi 22 novembre  à 12h15 sur les marches du palais de justice d’Epinal. Il y a un an, les magistrats publiaient une tribune dénonçant une souffrance « éthique » face à « une justice qui n’écoute pas et qui chronomètre tout ». Depuis, « rien n’a changé » dénoncent les magistrats à Epinal.

manifestation-avocats-epinal (1)L’Union syndicale de la magistrature (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM) organisent ce mardi 22 novembre une journée de grève. Un an après une tribune dénonçant leurs conditions de travail, les magistrats, fonctionnaires du ministère de la justice et professionnels de justice étaient rassemblés sur les marches du tribunal d’Epinal à 12h15. Cette mobilisation est intersyndicale et interprofessionnelle, les fonctionnaires de greffe et avocats sont associés à cet événement

« une justice au rabais »

Un mouvement qui tend à faire un bilan de l’évolution de la manifestation-avocats-epinal (11)situation de la justice en France, un an après la tribune des 3000 signataires publiée par le journal Le Monde. La tribune des magistrats publiée le 23 novembre 2021 alertait déjà sur le mal-être et la souffrance au travail.

Il y a un an, dans un contexte de lancement des états généraux de la justice, les professionnels de justice se sont massivement fait entendre pour dénoncer le dilemme intenable auquel ils sont tous les jours confrontés : « juger vite mais mal, ou juger bien mais dans des délais inacceptables ».

Que s’est-il passé depuis un an ?

« Un an après, rien n’a changé » dénoncent les magistrats à Epinal. « Nos conditions de travail sont toujours aussi difficiles et l’épuisement de tous gagne du terrain », dénoncent dans un communiqué l’USM et le SM. Ils se mobilisent contre « une justice au rabais ».

C.K.N.

manifestation-avocats-epinal (6)Les magistrats, greffiers, fonctionnaires du ministère de la justice  et professionnels de justice étaient rassemblés ce mardi 22 novembre  à 12h15 sur les marches du palais de justice d’Epinal. Il y a un an, les magistrats publiaient une tribune dénonçant une souffrance "éthique" face à « une justice qui n’écoute pas et qui chronomètre tout ». Depuis, "rien n’a changé" dénoncent les magistrats à Epinal.

manifestation-avocats-epinal (1)L’Union syndicale de la magistrature (USM) et le Syndicat de la magistrature (SM) organisent ce mardi 22 novembre une journée de grève. Un an après une tribune dénonçant leurs conditions de travail, les magistrats, fonctionnaires du ministère de la justice et professionnels de justice étaient rassemblés sur les marches du tribunal d'Epinal à 12h15. Cette mobilisation est intersyndicale et interprofessionnelle, les fonctionnaires de greffe et avocats sont associés à cet événement

"une justice au rabais"

Un mouvement qui tend à faire un bilan de l’évolution de la manifestation-avocats-epinal (11)situation de la justice en France, un an après la tribune des 3000 signataires publiée par le journal Le Monde. La tribune des magistrats publiée le 23 novembre 2021 alertait déjà sur le mal-être et la souffrance au travail.

Il y a un an, dans un contexte de lancement des états généraux de la justice, les professionnels de justice se sont massivement fait entendre pour dénoncer le dilemme intenable auquel ils sont tous les jours confrontés : "juger vite mais mal, ou juger bien mais dans des délais inacceptables".

Que s’est-il passé depuis un an ?

"Un an après, rien n’a changé" dénoncent les magistrats à Epinal. "Nos conditions de travail sont toujours aussi difficiles et l'épuisement de tous gagne du terrain", dénoncent dans un communiqué l’USM et le SM. Ils se mobilisent contre "une justice au rabais".

C.K.N.




4 réactions sur “Nouvelle mobilisation des magistrats ce mardi à Epinal

  1. PierreL

    Et moi, et moi, et moi…
    C’est la curée. Tout le monde se précipite pour être le premier et le mieux servi.
    Et ça commence toujours par les moins à plaindre. Et tant pis pour les autres : après moi s’il en reste !

    répondre
  2. John

    Bravo et défendez les soignants suspendus, une des plus belles démonstrations d’injustices . Suspendre un contrat sous contrainte sans salaires avec pour seul refus de se faire injecter un pseudo vaccin en attente d’autorisation de mise sur le marcher, et de surcroît qui ne marche pas, tout est dit !

    répondre
    1. JOSEPHE88

      Au fait, cher John, cela fait combien de « piqûres de rappel » que vous nous infligez depuis des mois et des mois !!! Assumez votre choix et changez de disque car cela devient pitoyable vous concernant.

      répondre
  3. FanFan88

    Le syndicat de la magistrature (Vos papiers, que faire face à la police? – 2001) qui se plaint de l’engorgement des tribunaux ??? Quand on se revendique de l’idéologie de mai 68 et que l’on se pare des symboles de la gauche radicale, voire anarchiste (poing levé, rouge et noir etc…) on fait certainement preuve de complaisance avec les prévenus, ce qui doit leur donner envie de revenir non???

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.