Search
lundi 5 déc 2022
  • :
  • :

Camaïeu Epinal – L’annonce de la liquidation judiciaire a été brutale pour les salariés Les magasins fermeront leurs portes samedi soir

Écouter cet article
image_pdfimage_print

IMG-1082 (1)

Le choc a été brutal, très brutal pour les employées de la boutique Camaïeu rue des Minimes à Epinal. Un véritable coup de tonnerre à l’annonce de la mise en liquidation judiciaire de l’enseigne mercredi soir. En tout, 2 600 emplois sont supprimés, dont neuf sur les magasins du centre-ville et dans la galerie marchande à Jeuxey, et plus de 500 magasins vont fermer, dont deux à Epinal, un à Remiremont et un à Saint-Dié.

Les salariées de Camaïeu sont encore sous le choc. Le tribunal de commerce de Lille a fait l’annonce mercredi du placement du géant du prêt-à-porter en liquidation judiciaire. Les deux magasins spinaliens, et celui de Remiremont, fermeront leurs portes dès samedi soir. Audrey y travaille depuis quinze ans. « On avait peur de la décision mais on ne s’attendait pas à ce que ce soit si brutalement. Ils (les dirigeants) nous ont fait croire jusqu’au dernier moment que tout allait bien se passer. Humainement, c’est très compliqué. Depuis ce matin, on craque. On tient sur les nerfs et on alterne crise de pleurs et fou rire ». Audrey comme ses collègues ont été d’autant plus surprises qu’hier encore elles ont reçu des colis qu’elles mettent aujourd’hui en rayon.

Depuis ce matin, les clients viennent aux nouvelles et soutenir les employées. « Nos clientes viennent aux infos et en profitent pour faire leurs achats. Elles font le stock de basiques parce que bientôt elles ne pourront plus. On a été numéro 1 pendant des années, et voilà. Entre le Covid et la cyberattaque qui a suivi, on n’a pas pu se relever. C’est triste ». Doris, de Dounoux, a profité d’un déplacement sur Epinal pour pousser jusqu’au centre-ville. « Lorsque j’ai entendu l’annonce, j’ai eu envie d’y retourner une dernière fois. Lorsque j’étais salariée, je venais très souvent le temps de midi ».

Interrogée sur l’avenir, Audrey va chercher du travail. « Camaïeu, c’est une bonne école. Sur un CV, ça aide à retrouver un job ».

En attendant la fermeture définitive samedi soir, Audrey et ses collègues vont continuer à se tenir les coudes. Et rien de tel que de nombreux clients toute la journée pour redonner un peu le moral. « On se croirait un jour de soldes ou un samedi après-midi » s’amuse Audrey.

 

IMG-1082 (1) Le choc a été brutal, très brutal pour les employées de la boutique Camaïeu rue des Minimes à Epinal. Un véritable coup de tonnerre à l’annonce de la mise en liquidation judiciaire de l’enseigne mercredi soir. En tout, 2 600 emplois sont supprimés, dont neuf sur les magasins du centre-ville et dans la galerie marchande à Jeuxey, et plus de 500 magasins vont fermer, dont deux à Epinal, un à Remiremont et un à Saint-Dié. Les salariées de Camaïeu sont encore sous le choc. Le tribunal de commerce de Lille a fait l’annonce mercredi du placement du géant du prêt-à-porter en liquidation judiciaire. Les deux magasins spinaliens, et celui de Remiremont, fermeront leurs portes dès samedi soir. Audrey y travaille depuis quinze ans. « On avait peur de la décision mais on ne s’attendait pas à ce que ce soit si brutalement. Ils (les dirigeants) nous ont fait croire jusqu’au dernier moment que tout allait bien se passer. Humainement, c’est très compliqué. Depuis ce matin, on craque. On tient sur les nerfs et on alterne crise de pleurs et fou rire ». Audrey comme ses collègues ont été d’autant plus surprises qu’hier encore elles ont reçu des colis qu’elles mettent aujourd’hui en rayon. Depuis ce matin, les clients viennent aux nouvelles et soutenir les employées. « Nos clientes viennent aux infos et en profitent pour faire leurs achats. Elles font le stock de basiques parce que bientôt elles ne pourront plus. On a été numéro 1 pendant des années, et voilà. Entre le Covid et la cyberattaque qui a suivi, on n’a pas pu se relever. C’est triste ». Doris, de Dounoux, a profité d’un déplacement sur Epinal pour pousser jusqu’au centre-ville. « Lorsque j’ai entendu l’annonce, j’ai eu envie d’y retourner une dernière fois. Lorsque j’étais salariée, je venais très souvent le temps de midi ». Interrogée sur l’avenir, Audrey va chercher du travail. « Camaïeu, c’est une bonne école. Sur un CV, ça aide à retrouver un job ». En attendant la fermeture définitive samedi soir, Audrey et ses collègues vont continuer à se tenir les coudes. Et rien de tel que de nombreux clients toute la journée pour redonner un peu le moral. « On se croirait un jour de soldes ou un samedi après-midi » s’amuse Audrey. [gallery type="rectangular" link="file" size="medium" ids="208479,208478,208477,208476,208475,208473"]  



Une réaction sur “Camaïeu Epinal – L’annonce de la liquidation judiciaire a été brutale pour les salariés

  1. Dussinger

    Un centre ville en état de « mort cérébrale » … Aucun attrait, triste et morne, sans vie. Heureusement que la périphérie (restaurants, commerces, …) tient la route.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.