Search
mardi 4 oct 2022
  • :
  • :

La sécheresse inquiète les agriculteurs vosgiens Philippe Clément, Président de la FDSEA des Vosges : "La sécheresse est le coup de grâce à des productions ayant été sous payées depuis trop longtemps..."

image_pdfimage_print
photo Philippe Clément, Président de la FDSEA des Vosges.

photo Philippe Clément, Président de la FDSEA des Vosges.

La sécheresse extrême inquiète les agriculteurs vosgiens. Le déficit pluviométrique enregistré ces derniers mois est catastrophique pour l’agriculture et menace les récoltes céréalières et fourragères. Philippe Clément, Président de la FDSEA des Vosges s’est exprimé sur cette situation qui le désole. 

« La désolation…. voici l’état de nos prairies, et ce depuis presque 1 mois, dans les Vosges comme dans quasiment toute la France.
Difficile de s’imaginer avec ces températures caniculaires, que l’hiver pour les éleveurs à commencé autour du 15 juillet avec l’alimentation et l’abreuvement de nos animaux en pâture…. oui, nous tapons dans nos stocks hivernaux pour passer ce cap… après on verra bien.
À ceux qui ne veulent que de l’élevage à l’herbe, rappelons que c’est un mode d’élevage dextrement fragile face aux aléas climatiques… que comme nous, nos animaux sont mieux à l’ombre, parfois même dans des bâtiments ventilés.
Rappeler aussi que nous obliger à semer des intercultures par cette sécheresse est une folie administrative, que notre bon sens paysan dénonce.
Courage à tous mes collègues éleveurs , maraîchers, apiculteurs, arboriculteurs, céréaliers pour faire face à cette situation difficile qui nécessitera l’accompagnement de l’Etat . 
Et puis peut être aussi, Courage pour la suite aux consommateurs qui se battront dans les rayons des supermarchés devant des rayons vides ou rationnés. 
La sécheresse est le coup de grâce à des productions ayant été sous payées depuis trop longtemps… au nom du sacro Saint pouvoir d’achat! »
Philippe Clément, Président de la FDSEA des Vosges.



4 réactions sur “La sécheresse inquiète les agriculteurs vosgiens

  1. laurent béria

    La conservation de la ressource étant entre de mauvaises mains, plus « militantes » qu’intelligentes, il est peu probable de mesurer des améliorations ces prochaines années.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.