Search
lundi 27 juin 2022
  • :
  • :

La CGT lance un appel à la grève le 14 juin avec un rassemblement dans la zone industrielle à Golbey

image_pdfimage_print
Photo d’archives pbp-photographie

Photo d’archives pbp-photographie

La CGT lance un appel à la grève le 14 juin avec un rassemblement dans la zone industrielle à Golbey. 

« Durant les mois d’avril et mai, les organisations syndicales représentatives de la métallurgie des Vosges CGT, FO, CFDT et CFE/CGC se sont rendus dans les locaux de l’UIMM à Remiremont avec pour objet la négociation d’un accord autonome, en vue de la signature d’un accord de révision/extinction de la convention collective territoriale. Cela fait suite à la signature le 7 février du nouveau dispositif conventionnel national par trois organisations syndicales. Seule la CGT a refusé de signer ce dispositif allant à l’encontre des salariés de la métallurgie.

Pourquoi négocier un accord autonome dans le département des Vosges

Suite à la signature du nouveau dispositif conventionnel par les OS CFE/CGC, CFDT et FO, des négociations en territoires se sont ouvertes afin de négocier dans un accord autonome. Les spécificités et/ou acquis sociaux présents dans la convention collective de la métallurgie des Vosges et non repris dans le nouveau dispositif conventionnel. C’est le cas par exemple de la prime de vacances (660€ En 2022), de la valeur du point servant au calcul de la prime d’ancienneté entres autres.

Qu’en est-il des négociations dans le département des Vosges ?

Depuis la 1ère réunion en avril dernier, force est de constater que l’UIMM 88 ne souhaite pas négocier et se contente de vouloir nous imposer son projet d’accord de révision/extinction de la convention collective territoriale de la métallurgie des Vosges ainsi que son projet d’accord autonome. Malgré des propositions communes de plusieurs organisations syndicales, voulant intégrer des points à cet accord autonome permettant de garantir aux salariés de ne pas perdre sur leurs salaires et leur qualité de vie, toutes ces revendications ont été balayé. L’UIMM prétextant que cela n’était pas dans leur mandat de négociation. Il est bon également de rappeler que s’il y a signature de l’accord révision /extinction, tous les accords d’entreprises faisant référence à la convention collective disparaitront de fait. À plusieurs reprises, la CGT ainsi que les autres organisations syndicales ont essayé par la voie du dialogue social, de faire comprendre à l’organisation syndicale patronale qu’il était préjudiciable pour nos entreprises mais également pour l’attractivité de nos métiers, de restreindre les champs de la négociation et qu’il était impératif de trouver ENSEMBLE une issue, un accord à la hauteur des enjeux de ces négociations. Nous avons constaté durant ces réunions que l’UIMM est ouverte à la discussion et non à la négociation. Lors de la réunion du lundi 23 mai 2022 un projet d’accord autonome portant sur la prime de vacances et la valeur du point ont été présentés. L’UIMM a fait le choix de balayer d’un revers de main toutes nos revendications malgré que celles-ci soient plus que légitimes compte tenu de la perte de pouvoir d’achat subi par l’ensemble des salariés à ce jour et à l’aube du 1er janvier 2024.

C’est dans un contexte de négociations déloyales et d’une UIMM arrogante et irrespectueuse que la délégation CGT a décidé de ne pas signer ces accords. »




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.