Search
mardi 9 août 2022
  • :
  • :

Assises – Un homme accusé de viol aggravé sur mineur Une histoire sordide ou fantasque à rebondissements

image_pdfimage_print

assises 1

Une nouvelle affaire est jugée depuis vendredi devant la deuxième session des assises des Vosges sous la présidence de Catherine Hologne, conseillère à la cour d’appel de Nancy, présidente de la cour d’assises des Vosges juge. Un homme de 65 ans, originaire de la région de Saint-Dié-des-Vosges est dans le box des accusés, pour viol sur mineur par personne ayant l’autorité et d’actes de torture et de barbarie. Une histoire soit compliquée, soit farfelue et peut-être les deux à la fois .

La victime est âgée de 42 ans. Elle accuse son oncle et son grand-père, aujourd’hui décédé, de l’avoir violé et torturé lorsqu’il avait environ 4 ans. Les faits auraient duré environ un an. C’est lors d’une séance d’acupuncture chez son médecin de famille que les  souvenirs seraient remontés à la surface. Il décide alors de porter plainte en 1991.

Le portrait de l’accusé est édifiant

L’accusé nie les faits sur son neveu et filleul. L’enquête de personnalité décrit un homme qui a réussi professionnellement dans les chemins de fer. Sa vie personnelle est présentée comme beaucoup plus compliquée, voire chaotique. Son père, décédé mais mis en cause par la victime était tyrannique et violent envers une mère effacée qui a vécu dans la peur et les brimades. De ses multiples histoires sentimentales sont nés 7 ou 8 enfants, il ne sait pas exactement. Il n’en reconnaitra qu’une, sa première fille née de son unique union. Il est décrit comme coureur de jupon, violent envers les femmes, colérique, caractériel. Aujourd’hui, il vit en Moselle avec une compagne depuis 7 ans, qui à la barre, le présente comme bienveillant participant activement à la vie de la famille.

Une affaire compliquée

L’affaire est compliquée. Elle se déroule au sein d’une famille qui a longtemps vécu dans le secret. La mère de la victime, qui n’est autre que la sœur de l’accusé, dit avoir aussi été victime de son père sexuellement. Lorsque l’affaire a éclaté, les langues se sont déliées. La grand-mère elle-même a témoigné devant les gendarmes qu’elle était au courant mais qu’elle n’avait jamais rien dit par peur des représailles par son mari. Elle décrit des scènes d’une violence inouïes sur son petit-fils par son mari et son fils lors de sa déposition.

La victime a eu une révélation

La victime présumée est présente lors des auditions des enquêteurs et des témoignages. Lui est présenté comme influençable, fragile et impulsif avec des troubles de la personnalité. Depuis sa plainte, il s’est renfermé sur lui-même et il a perdu son travail. Son comportement aurait changé suite à la révélation des faits. Tout le monde, même ses amis, le décrit comme un enfant « pourri gâté » par son grand-père et son oncle. Une ancienne compagne a témoigné d’une relation difficile avec un homme qui faisait des crises quand il n’avait pas ce qu’il voulait dans une famille « bizarre ». Elle a trouvé l’oncle « lourd, pervers, obsédé ».

La première journée s’est terminée par l’audition de la mère de la victime. Elle confirme avoir cru son fils sur parole tout en soulignant s’être souvenue elle-même, après les révélations de son fils, avoir été agressée  plus jeune par son père.
L’avocat de la défense confirme que le passé de son client ne plaide pas en sa faveur, loin de là. Mais il insiste sur le fait que l’accusation porte uniquement sur les accusations de viol aggravé. Les audiences reprennent lundi matin et risquent d’être fortes en révélations et rebondissements. L’accusé risque jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. Le verdict est attendu mardi.

 

 

 

 

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.