Search
jeudi 26 mai 2022
  • :
  • :

Vœux : le maire tourné vers la ville de demain pour les spinaliens Mobilité, patrimoine, rythmes scolaires, environnement

image_pdfimage_print

NARDIN

Depuis son élection le 7 juillet 2020, le maire d’Epinal, Patrick Nardin, n’a jamais pu présenter ses vœux aux spinaliens, aux agents de la municipalité ou aux Corps constitués lors de la traditionnelle cérémonie de la nouvelle année. Elu en plaine pandémie, les restrictions sanitaires ne lui ont pas permis de s’adresser et d’échanger directement avec les habitants. Ni de remercier les agents de la ville pour leur dévouement sans limite. Pourtant Patrick Nardin a de nombreux projets pour la cité des images qu’il dévoile maintenant.

La maire, très touché par les conséquences de la pandémie, notamment sur les enfants, a dès le début de son mandat, mis en place des moyens, des ressources et le budget pour accompagner les spinaliens, notamment les plus fragiles, mais aussi les commerçants, les associations. Une gestion de crise qui a trouvé écho auprès de la population. Malgré la situation qui s’éternise, le maire veut faire de cette année 2022 celle du lien social. Trois axes principaux seront développés pour faire entrer Epinal dans des transitions nécessaires.

La ville de demain

« Il y a quelque chose de nouveau à construire. D’un côté, il faut prendre en considération les attentes des nouvelles générations sans négliger celles des seniors.
Nous allons créer des espaces ombragés dans la ville. Après concertation avec tous les acteurs, on va commencer par les rues des Minimes et Léopold bourg, et dans la cour de l’école Victor Hugo. En plus des 60 arbres plantés dernièrement rue de Laufromont, 70 autres seront intégrés dans ces rues. Une étude pour étendre le chauffage urbain pour poursuivre notre autonomie énergétique qui est en cours.
Mes prédécesseurs ont été des bâtisseurs de la ville d’Epinal. Maintenant il faut faire vivre tout ça. Une opportunité se présente à nous. Depuis la crise, les français ont de nouvelles aspirations et un autre rapport au travail. Ils recherchent un nouveau mode de vie qu’il faut mettre en adéquation avec la ville de demain. C’est pourquoi nous travaillons sur les thèmes du cadre de vie, l’environnement, les sports, la culture… Epinal doit offrir un nouvel art de vivre. D’où l’importance que notre ville soit raccordée aux grandes agglomérations. Une grande réflexion sur la mobilité de notre ville et du territoire va aboutir à des propositions en mai prochain ».

Un plan mobilité nécessaire

Le sujet peut être sensible à plusieurs égards. Il demande de se projeter dans une ville qui ne s’organise plus uniquement autour des véhicules motorisés. «  Ce qui nous intéresse, c’est de savoir comment les spinaliens veulent vivre leur ville à l’horizon 2030.Actuellement les voitures représentent 29% de l’empreinte carbone. Est-ce qu’on peut encore accepter ça ? De plus en plus de spinaliens ont fait le choix du vélo mais la cohabitation est souvent difficile. La ville doit redevenir un lieu où on vit du lien social, un lieu de rencontres avec des endroits où les gens s’arrêtent. Il ne s’agit pas de bannir la voiture mais elle doit y trouver sa juste place ».

Entretenir et faire vivre notre patrimoine

Le deuxième axe est patrimonial. Il n’a échappé à aucun spinalien que la Basilique Saint Maurice a besoin de lourds travaux extérieurs,  intérieurs et de l’orgue. 10 millions sur 10 ans. L’architecte des monuments historiques qui a été retenu et suivra les travaux pendant ces 10 ans. Les appels d’offre seront lancés en fin d’année. De l’événementiel sera organisé autour de ces travaux. Les travaux seront réalisés par des Compagnons qui feront découvrir leur métier aux jeunes de la cité. Une maison du Projet sera installée à proximité tout le temps de la rénovation.
Le pavillon du Château fait l’objet d’un projet de rénovation. Le rez-de-chaussée sera mis à disposition des spinaliens ou des associations.
La maison romaine, lieu emblématique, va accueillir des artistes autour de l’image populaire. Le parc va être totalement réaménagé en parc romantique et devenir un lieu d’exposition à ciel ouvert. Le long du canal, à l’embranchement avec la Moselle, une guinguette sera installée de mai à septembre. Le lieu accueillera tous les artistes qui veulent se produire librement (art, danse, concerts…). Une étude est lancée concernant la réfection du pont du 170 RI. Les travaux de consolidation à hauteur de 320 000 euros vont être engagés cette année.

Le quartier Bitola Champbeauvert laboratoire de nouveautés

Le nouveau projet de renouvellement urbain (PRU) du quartier Bitola-Champbeauvert entre dans sa phase opérationnelle. Le premier secteur concerné débute quai Michelet jusqu’à la maison médicale et l’écoquartier. Il permettra de rejoindre l’ile à pied ou en vélo. Le service des archives sur le quartier de Bitola sera ouvert au public, aux écoles et aux associations et redonnera aux friches Bragard  une nouvelle identité pour devenir un lieu mixte culturel, économique et surtout convivial avec la proximité de la brasserie la Fouillotte qui a plusieurs projets.

Aménagement du temps de l’enfant

Le dernier axe tient à cœur à Patrick Nardin. Il s’agit du bien-être des enfants. « Les réformes scolaires successives ont dénaturé le projet de Philippe Seguin. Nous avons engagé une grande concertation sur le temps de travail avec les enseignants, les parents et les enfants. 14 groupes de travail ont été mis en place, ainsi qu’un comité de pilotage politique pour connaitre les desiderata des familles ». Le maire est favorable à l’Accompagnement du Temps de l’Enfant (ATE) qui favorise la découverte et la participation à des activités culturelles et sportives et participe à l’égalité des chances. Le système des ATE questionne dans les familles qui, pour certaines, se demandent si elles ne veulent pas revenir  à la semaine de quatre jours. « On va lancer une grande concertation et un référendum sera organisé. Nous allons vers un nouveau modèle où nous embarquerons tous ceux qui sont favorables. L’enfant est au cœur de nos préoccupations. Notre seule préoccupation, c’est l’enfant et son développement ».

Epinal Terre de sport

Que les spinaliens se rassurent, les grandes manifestations comme la fête des images ou la Saint Nicolas sont au programme mais revisitées avec des nouveautés. Au plan sportif, Epinal s’inscrit dans les équipements labélisés « Terre de jeux 2024 » avec la Halle des sports et le futur bassin d’eau vive qui permettent l’accueil d’équipes nationales étrangères qui viennent s’entrainer. En 2022, Epinal accueillera les championnats de France d’escrime en juin et ceux d’athlétisme. « Nous allons chercher des activités et des compétitions qui font rayonner la ville ».

Une démocratie participative

La municipalité souhaite que tous ces projets se construisent en pleine concertation avec les habitants. 2022 verra la réalisation des 15 projets retenus lors du premier budget participatif. D’autre part, elle veut s’appuyer sur les remarques et les interrogations qui sont déposées sur la plateforme « Mon avis citoyen » pour fonder ses décisions. «  Le conseil municipal est en libre accès. Nous mettons en place des comités de réflexion comme pour le plan mobilité auxquels les habitants peuvent participer. Des moments d’échange, de transparence qui doivent nous permettre de nous corriger. On travaille avec les habitants sur tous les grands projets, car ces grands projets qui façonnent la ville de demain sont avant tout pour les spinaliens ».

 




3 réactions sur “Vœux : le maire tourné vers la ville de demain pour les spinaliens

  1. Dussinger

    Bonjour,

    Parler de démocratie participative alors qu’un projet « d’eau vive » coûteux et irréaliste (il suffit de voir les sécheresses récurrentes, et celle de ce non-hiver en est une) voit le jour.
    Ce projet « d’eau vive » est très controversé, et déplaît à nombres de citoyen(ne)s de la com’ d’agglo … Projet aux antipodes d’une écologie responsable ; aux antipodes d’une maîtrise des budgets … Mais malgré cela, l’ illustre président de la com’d’agglo avec la complicité je suppose des élus de cette ville a été jusqu’à l’aboutissement de ce projet, faisant fi des avis de nombre de contribuables.

    Alors, une ville participative ? Sans doute pour une petite poignée de notables (toujours les mêmes) qui dirigent encore et toujours. La meilleure preuve que cette ville devient sans attrait ? Le nombre de logements en vente ou à louer en centre ville.

    Alors, il est temps d’agir au lieu de nous raconter du « blabla » dont peu de personnes croient encore.

    Salutations.

    H.Dussinger

    répondre
  2. luc

    Bien dit H. DUSSINGER.
    l’écologie n’a jamais été une préoccupation de l’équipe dirigeante à épinal qui d’ailleurs est très à la ramasse sur le sujet.
    Pour refaire al route de Dogneville il n’y avait pas d’argent…
    Et oui les gens ils n’en ont rien à f..tre et leurs seuls interlocuteurs sont leurs amis. C’est pas nouveau.
    Le maire veut diriger la ville comme s’il dirigeait une grande agglomération, peut-être un fantasme.
    On espère que son successeur sera plus réaliste et non perché sur son piédestal. Car avec moins de 3000 voix et sans l’aide d’une crise pandémique heureusement il ne sera pas réélu.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.