Search
mercredi 26 jan 2022
  • :
  • :

« Des écoles au bord de l’implosion » à cause du Covid : les enseignants appelés à la grève le jeudi 13 janvier

image_pdfimage_print
pbp-photographie (photo d'archives)

pbp-photographie (photo d’archives)

Le syndicat d’enseignants SNUipp-FSU, dénonce la situation sanitaire dans les écoles maternelles et élémentaires en pleine épidémie de Covid-19. Un appel à la grève est lancé le jeudi 13 janvier. 

Ce vendredi matin, un communiqué a été publié par le SNUipp-FSU, syndicat majoritaire dans les écoles maternelles et élémentaires. Intitulé « Mon école va craquer », il pointe du doigt « des mesures incohérentes » de la part du ministère de l’Education et « des écoles au bord de l’implosion ».

« Comme prévu, la situation épidémique atteint des sommets de contamination. Le ministre de l’éducation, lui, continue de faire le choix de maintenir les écoles ouvertes « quoi qu’il en coûte ». Il allège les mesures protectrices, notamment sur les fermetures de classe et l’isolement des élèves, désorganisant totalement l’école, mettant les personnels, les élèves et leur famille en danger et les enseignants en souffrance professionnelle. » dénonce le SNUipp-FSU. Le syndicat considère que la situation n’est plus tenable et appelle les personnels à se mettre en grève le 13 janvier. Il propose aux autres organisations syndicales de s’y joindre.

« Au 5 janvier, la France dénombrait 332.252 nouveaux cas en 24h. Malgré une contagiosité accrue du variant Omicron, en particulier chez les 6-10 ans, et la fermeture de 9 200 classes et 47 453 cas confirmés d’élèves le 6 janvier, le Ministre ne prend pas la mesure de la situation et se félicite de garder les écoles ouvertes coûte que coûte. Faisant des paris risqués pour la santé, il allège les mesures de tests et d’isolement. Pourtant « sur le plan purement scientifique, il est demandé de faire un PCR ou un test antigénique à J0, ce qui est souvent inutile car le délai d’incubation est autour de cinq jours.[…] le test à J6 n’a pas été gardé alors que c’est celui qui est le plus significatif » explique Michaël Rochoy, médecin et membre du collectif « du côté de la science ». Autre exemple du déni de réalité, l’approvisionnement en autotests gratuits en pharmacie n’a pas été anticipé, entraînant une pénurie qui les rend peu voire pas accessibles. » poursuit le syndicat dans son communiqué.

Des mesures inconséquentes

Si l’annonce par le premier ministre de la fourniture de masques chirurgicaux aux personnels répond à la demande du SNUipp-FSU, pour le syndicat, « elle reste à concrétiser rapidement ». « La nécessité d’une fourniture également en masques FFP2 reste prégnante notamment pour les enseignants de maternelle et les AESH très proches des élèves » poursuit le syndicat.

Des écoles au bord de l’implosion

Les règles plus souples de cette rentrée, conjuguées au variant Omicron, entraînent des absences des élèves et des équipes éducatives (PE, AESH, ATSEM, personnels du périscolaire), qui impactent l’école dans son ensemble. « Les enseignants, les directeurs et directrices, subissent ainsi un nouvel alourdissement des tâches et de leurs charges mentales : vérification des attestations sur l’honneur des parents, suivi logistique des isolements, tout en veillant à une forme de continuité scolaire… Les injonctions contradictoires de dernière minute obligent à des ajustements permanents et épuisants. Le tout sous une pression sociale intense due à l’absence de règles permettant aux parents de garder leurs enfants à domicile sans perte de salaire. Le 6 janvier au soir, après la réunion au ministère, c’est ainsi un nouvel allégement du protocole des 3 tests qui est acté et toujours pas de prise en compte du nécessaire isolement des cas contacts intrafamiliaux de moins de 12 ans. » explique le SNUipp-FSU.

Les salles de classe et de restauration équipées en capteur de CO2

Pour le syndicat, il est urgent de revoir les règles de fonctionnement avec le retour à la règle protectrice “1 cas positif = fermeture de la classe”, l’isolement des cas contacts intra-familiaux, une politique de tests préventifs hebdomadaires salivaires systématiques avec une campagne de conviction à mener auprès des familles. « Dès maintenant les personnels doivent être équipés de masques chirurgicaux, et FFP2 pour ceux qui le souhaitent, des auto-tests doivent leur être fournis et les salles de classe et de restauration équipées en capteur de CO2. Il faut enfin élargir le vivier de remplaçants pour pallier les absences en abondant et recrutant les listes complémentaires ainsi qu’en recrutant des titulaires via un collectif budgétaire. »

Le SNUipp-FSU appelle les personnels à participer à la grève du 13 janvier prochain. Il propose à toutes les organisations syndicales de l’éducation de se joindre à cette journée.

C.K.N.




15 réactions sur “« Des écoles au bord de l’implosion » à cause du Covid : les enseignants appelés à la grève le jeudi 13 janvier

  1. Rollin

    A peine rentrés et déjà en grève…
    Bientôt les vacances, un petit effort que diable, pour permettre à nos enfants d’étudier !
    Après on s’étonne que les gens se tournent de plus en plus vers les écoles privées…

    1. l'esbaubi

      Ben voyons … d’accord avec vous c’est quand même mieux quand on a étudié…

      Cela évite de raconter des âneries.

      Pis c’est sûr, à l’école privée: pas de virus, même pas besoin d’arrêt de travail on n’est jamais malade.

      Protégés, on est et c’est du pain béni.

      1. Ouille.

        Rollin voulait juste dire que les greves dans les etablissements scolaires du privé etaient moins fréquentes que dans ceux du public…
        Ce qui justifiait le choix pour certains parents de mettre leurs rejetons dans des ecoles privées.
        Rien à voir avec le sujet Covid.

        1. l'esbaubi

          Sans doute parce c’est un choix… librement consenti.

          Et à l’école privée, pas de syndicat (un autre choix tout aussi libre).

          C’est tout comme dans les professions libérales.

          On pourrait si on voulait … je vous laisse deviner la suite.

      1. Arthur

        vous manquez de remplaçants ! c’est une blague …?
        c’est la faute à votre hiérarchie qui est d’une lourdeur inimaginable et qui est incapable de s’organiser correctement et surtout qui paye des centaines de professeurs remplaçants sans rien faire à la maison qui on le droit de refuser des missions de remplacement si elles ne correspondent pas à leurs critères ( autant dire qu’ils refusent quasiment tout ! ) et la faute aussi de quelques syndicats de votre corporation qui sont contre tout changement d’organisation ( tu m’étonnes ! )

        source officielle : 38 941 remplaçants dans le premier degré et 25 644 remplaçants dans le second degré et 18 jours d’absence toutes causes par enseignant et par an ( hors congés bien sûr )

        Alors, faites le ménage dans votre institution et chez vos collègues  » absents de métier  » et vous aurez des remplaçants.

      2. Rollin

        Non mais si mon job ne me plaît pas, je change moi… Et j’emmerde pas les parents d’élèves qui vont devoir prendre 1 CP….
        On a que 5 semaines de vacances, n’oubliez pas !

      3. max

        oh ca suffit……………toujours a se plaindre …….et les salariés ds le privé ,ne connaisssent pas le covid au boulot d’apres vous ????

        combien de journées perdues en 2021 pour nos enfants ???

  2. Tom

    On a tous des métiers plus ou moins pénible, pour ma part dans l’industrie, c’est pénible et nous sommes aussi confrontés au problème Covid. Nous ne faisons pas grève pour autant

    Mais c’est sur qu’il y en a qui ont la grève facile…

  3. John

    Dans les hôpitaux on laisse les soignants contaminés au covid-19 exercer sous prétexte qu’ils sont vaccinés et on suspend les soignants non positifs et non vaccinés.
    Vous ne dites rien là !
    Surtout n’allez pas à l’hôpital ni chez votre médecin , kiné, orthophoniste, sage-femme……
    Et encore moins dans les restos, bars, cinémas, musées, salles de sports….c’est là où tous les vaccinés positifs peuvent aller.
    Vous n’avez pas peur là ???
    Pourtant le vaccin n’est pas éfficace.
    Ben non vous êtes vaccinés, un !
    PITOYABLE

    1. Ouille.

      Pitoyable
      Le communiqué du jour de la prefecture des Vosges precise que 90 % des malades admis en rea lors de cette 5 eme vague etaient soit non vaccinés soit seulement vaccinés une dose.

  4. PierreL

    Pitoyable, en effet John !
    Pitoyable d’affirmer que le vaccin n’est pas efficace. Il protège efficacement contre les formes graves.
    D’autre part les personnes vaccinées sont bien moins contagieuses que les non-vaccinées. Et même si elles le sont un peu, les gestes-barrières diminuent les risques considérablement.
    Pitoyable d’exposer délibérément ses concitoyens et ses proches à la contagion. Peut-être même un peu plus que « pitoyable » puisque c’est fait volontairement !

  5. John

    Vous avez bien appris votre leçon.
    Il n’y a jamais eu autant de contaminations depuis la vaccination.
    Y’a qu’à voir les chiffres comme vous dites…
    Et pour les 90 % de non vaccinés en réanimation, je n’ai pas les mêmes retours de professionnels sur le terrain. Étrange, étrange…
    Et même si vos chiffres étaient justes, ça représenterait quoi, 4 ou 5 patients déjà très fragiles par hôpitaux. Là ça fait moins peur que 90% .
    On fait parler les chiffres comme on veut.
    Autre exemple, 200 000 nouveaux cas par jour ! : Ouah ça fait peur ! Mais ne vous inquiétez pas, ce ne sont pas des cas graves, juste positifs et souvent asymptomatiques.
    Facile la manipulation des chiffres, par ailleurs vous-même en abusez.
    Les marmottes emballent le chocolat avec du papier d’aluminium, si si c’est passé à la télé.

  6. Lili

    Mais bon comme par magie !! Au mois de mai tout ira bien !! Et tout le monde dira  » ouah notre président a géré le covid avec succès ! » …euhhhh tout est calculé…pour nous la …bien profond….allez courrez petits moutons..derrière courrez voter Macron et vous aurez une 15 ieme dose gratuite…

Les commentaires sont fermés.