Search
mardi 17 mai 2022
  • :
  • :

Dictée des Nations : l’orthographe a toujours ses adeptes Rendez-vous avec les difficultés de la langue française

image_pdfimage_print

La dictée des Nations offre aux passionnés d’orthographe l’occasion de tester leurs connaissances. A Épinal, une trentaine de participants ont tenté de dépasser les règles de l’orthographe pour rendre la meilleure copie sur le texte de Philippe Dessouliers, fondateur de l’épreuve.

« La vie nous en fait voir de toutes les couleurs, au propre comme au figuré ». C’est ainsi que comment la dictée. Thibaul, 10 ans, est élève en classe de CM2. En tant que benjamin de la compétition il doit écrire cette phrase sans faute même s’il est loin d’être convaincu. « Je suis venu avec ma mamie mais je n’aime pas trop les dictées ».

Les autres participants sont plutôt enthousiastes ou justes curieux. Cette 14ème édition, à l’initiative du club d’orthographe Bel’Ortho, a eu lieu simultanément à Bourg-Blanc (Finistère), Delémont (Jura Suisse), Etueffont (Territoire de Belfort), Saint-Louis (Haut-Rhin) et la ville d’Orsay (Essone).

Schtroumphs ou Schtroumpfs ?

A l’écoute du texte dicté par Isabel Ferreira-Villemin, vice-présidente de l’association, les difficultés s »égrainent et se succèdent à rythme effréné. Philippe Dessouliers, qui a créé ce texte de toute pièce intitulé « arc-en-ciel », enchaîne les difficultés ou chaque tiret, accent, trait d’union a son importance. Il passe des Schtroumpfs aux Peaux-rouges et du Bluetooth à la maladie de Creutzfeld Jacob. De quoi faire douter les plus aguerris.

Pour ceux qui auront réussi à dépasser, plus ou moins, toutes ces difficultés, des livres sont offerts par les partenaires Quai des Mots, Carrefour et Leclerc.

 




2 réactions sur “Dictée des Nations : l’orthographe a toujours ses adeptes

  1. Thierry

    C’est plutôt « A Épinal, une trentaine de participants a tenté de dépasser les règles de l’orthographe pour rendre la meilleure copie sur le texte de Philippe Dessouliers, fondateur de l’épreuve. »

    répondre
    1. Stéphane

      Les deux, mon capitaine. Tout dépend de ce sur quoi l’on veut insister : « trentaine » appelle un verbe au singulier ; « participants » appelle un verbe au pluriel. Il ne manque qu’un accent sur le premier mot de cette phrase pour qu’elle soit parfaite (contrairement à ce que nous avons pratiquement tous appris à l’école, les majuscules s’accentuent) !

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.