Search
jeudi 26 mai 2022
  • :
  • :

Audience solennelle de rentrée du tribunal judicaire d’Epinal Le nouveau procureur veut une justice connue et mieux comprise

image_pdfimage_print

L’audience solennelle de début d’année judiciaire s’est tenue ce vendredi 28 janvier, sans public  à cause des règles sanitaires, au Tribunal de Grande Instance (TGI) d’Epinal. L’occasion de dresser le bilan de l’année écoulée et les perspectives à venir. C’était aussi un moment important de la prise de fonction officielle du nouveau procureur de la République Frédéric Nahon.

Le nouveau procureur succède à Nicolas Heitz qui a quitté le département pour Saint-Brieuc dans les Côtes d’Armor. Un homme qui , aux vues des témoignages des magistrats, a laissé une empreinte d’ humaniste dans les Vosges. Frédéric Nahon était auparavant en fonction en Haute-Marne à Chaumont.

Comme chaque année, le tribunal a dressé le bilan de l’année passée en pointant du doigt le manque de moyens et de magistrats dans un département de 367 000 habitants. Et de rappeler la charge de travail importante et des conditions de travail difficiles qui sont un poids pour les justiciables.

Le nouveau procureur a profité de cette séance d’installation pour définir les lignes directives. « J’attends de vous de la fermeté, de l’humanité et de la rigueur ». Il reconnait qu’il manque trois magistrats dans les Vosges qui n’en comptent que sept. « J’appelle de mes vœux un travail collectif en concertation avec tous. Ensemble, nous pourrons faire de grandes choses. Une politique pénale claire est un gage de réussite ».

La lutte contre le trafic de stupéfiants, contre les violences intrafamiliale, le respect des valeurs de la République, la protection de l’environnement et la lutte contre la délinquance routière et les cambriolages sont des priorités du nouveau procureur de la République. Une autre ligne directrice aura toute son attention. L’ouverture de la justice sur la société civile et un lien fort avec les élus.

 




2 réactions sur “Audience solennelle de rentrée du tribunal judicaire d’Epinal

  1. LM88

    « Une justice mieux comprise « : tout à fait d’accord ; alors j’attends de voir quand un tortionnaire d’animal sera un jour condamné réellement à la peine maximale encourue dans ce cas : 45000 € d’amende et 3 ans de prison ferme !
    Et en rêvant un peu plus : attribution de l’amende aux refuges d’assistance aux animaux, qui en ont cruellement besoin !
    Dans la « vraie vie « , la peine prononcée ressemble plus à un rappel à la Loi…avec sursis et des coupables qui arrangent souvent leur insolvabilité.
    Cherchez l’erreur..

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.