Search
mercredi 26 jan 2022
  • :
  • :

Avant-première « La panthère des neiges » : la nature sauvage envoie un message d’amour et d’espoir Marie Amiguet et Vincent Munier à la rencontre des spectateurs à Epinal

image_pdfimage_print

0656615Les Cinés Palace Epinal, en partenariat avec la Région Grand Est et le Conseil départemental, ont proposé mercredi soir une avant-première du film « La panthère des neiges ». Trois séances étaient organisées, dont une privée, qui ont réuni quelques 1 000 spectateurs. Rencontre avec Vincent Munier et Marie Amiguet, les deux coréalisateurs.

Le film se déroule au cœur des hauts plateaux tibétains. Vincent Munier , photographe, et Sylvain Tesson, écrivain, sont en quête de l’insaisissable panthère des neiges. En parcourant les sommets, les deux hommes tissent un dialogue sur notre place parmi les êtres vivants et célèbrent la beauté du monde.

Vincent Munier : naturaliste et passionné des grands prédateurs

L’objectif de ce long métrage est de « montrer l’utilité d’observer la beauté de la vie sauvage. C’est un plaidoyer pour le respect et la connaissance de cette vie sauvage que j’ai voulu partager avec les spectateurs. C’est le résultat de 10 ans de travail dont 7 mois sur place. Je suis passionné et émerveillé devant tous les animaux mais surtout les grands prédateurs, les loups, les lynx, les panthères. La panthère des neiges est l’animal mythique représentatif de l’Himalaya et je rêvais de la voir.  C’est un animal discret et solitaire qu’il est très difficile de voir. La force grands félins, c’est leur extrême discrétion. On est au summum du camouflage. Naturaliste depuis que je suis enfant, j’ai effectué des aventures en arctique, au Tibet, là où l’homme laisse une place aux animaux sauvages sans esprit de domination. Si on parle des Vosges, il reste très peu de lynx, pourtant leur rôle est important comme tout prédateur pour trouver un équilibre naturel ».

Marie Amiguet : un message d’amour

Marie Amiguet n’oublie pas « le bonheur que procure ces immensités sans humains. On se sent petit et ça fait du bien. Il y avait cette envie de voir de voir la panthères des neiges mais le film raconte autre chose. Comment Sylvain s’est éveillé à cette nouvelle dimension. Avec les animaux sauvages, il faut être dans l’accueil de chaque instant et savoir partir. La peur est nécessaire. Ce film est un message d’amour qui exprime le besoin de protéger les animaux pour notre bien-être à tous. C’est notre manière de donner à voir la nature autrement ».

Un message que le millier de spectateur, qui leur a réservé un accueil chaleureux, a pu partager avec les réalisateurs à la fin de la projection.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.