Search
mardi 18 jan 2022
  • :
  • :

Les jeunes agriculteurs tirent la sonnette d’alarme

image_pdfimage_print

Les agriculteurs vosgiens sont très inquiets de la hausse des charges sur les exploitations. Au-delà de l’élevage, c’est toute l’agriculture qui subit cette hausse. Alimentation animale, bâtiments, énergies, matières premières, engrais, matériel,… tous les facteurs de production agricoles sont à la hausse et dans certains cas flambent littéralement.

Les éleveurs dont les résultats sont fortement dépendants du coût de l’alimentation des animaux, sont particulièrement touchés. Entre des prix de vente de leurs produits insuffisants et une flambée du coût de l’aliment, l’étau se resserre dangereusement.

Des actions coup de poing

Afin de faire prendre conscience à l’ensemble des acteurs de la chaîne alimentaire, les Jeunes Agriculteurs des Vosges et la FDSEA des Vosges ont décidé de mener des actions « coup de poing » sur les laiteries vosgiennes. Des prix en berne ou qui progressent trop peu pour rééquilibrer les comptes ne sont plus acceptables. Il est temps d’agir pour ne pas mettre en péril le revenu des agriculteurs mais surtout pour maintenir une production agricole et une capacité à fournir les besoins alimentaires au quotidien des consommateurs.

 

 

 




4 réactions sur “Les jeunes agriculteurs tirent la sonnette d’alarme

    1. ???

      Ce n’est pas le bio qui va améliorer leur situation .Je suis d’accord avec Lorenzo , il faut acheter si possible chez eux et surtout que l’on trouve un moyen de diminuer la marge des intermédiaires qui « s’engraissent » sur leur dos .

      répondre
  1. Lorenzo

    Tant que les intermédiares transformateurs et revendeurs se graisseront , ça ne fera pas . Les produits sont chers en magasin , et peu payés à la production . L’agriculteur doit pouvoir vivre de son travail et non des primes PAC .Les centrales d’achats , les laiteries ne payent pas au juste prix les produits , alors c’est l’Europe qui fait l’appoint sous forme de primes. Conclusion :On laisse faire tout ça , et c’est toujours ces gros groupes qui se font des marges pas possible , et c’est l’Europe (nous)qui finance .Il faut insiter les gens à faire directement leurs achats chez les paysans si cela est possible et éliminer ces gros intermédiares (qui payent au minimun leurs employés)genre grandes surfaces .

    répondre
    1. Bingo.

      Il faut dans la mesure du possible, et à minima, essayer d’acheter des produits de cooperatives laitieres.
      En ce qui me concerne, j’essaye d’eviter les produits issus des poids lourds de l’industrie agro alimentaitaire laitiére.
      Nestlé,Danone, Lactalis, Bongrain , Bel …

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.