Search
samedi 16 oct 2021
  • :
  • :

Une « zone colonisée » par le moustique tigre en Lorraine il se rapproche

image_pdfimage_print

moustique-tigreDéjà présent en Grand Est, dans le Bas-Rhin (2015) et le Haut-Rhin (2016), le moustique tigre fait l’objet d’un suivi rapproché sur la ville de Nancy, à la suite de plusieurs détections de sa présence depuis août 2020. L’ARS Grand Est, chargée de définir les mesures de surveillance entomologique et de lutte contre le moustique tigre sur l’ensemble du territoire de la région, classe désormais la ville en zone colonisée à partir du 1er octobre 2021. Le moustique est potentiellement vecteur des virus de maladies comme la Dengue, le Chikungunya et le Zika.

L’Agence Régionale de Santé (ARS) du Grand Est a annoncé dans un communiqué que le moustique tigre était bien présent à Nancy, après plusieurs mois d’enquête. « Depuis 2021, la ville de Nancy fait l’objet d’une surveillance accrue menée par un opérateur spécialisé. Plusieurs opérations, notamment dans le quartier Haussonville, avaient, dès lors, été mises en place : des interventions préventives visant à sensibiliser les riverains aux bons gestes à adopter afin d’éviter que le moustique ne s’installe, des opérations de neutralisation des gîtes potentiels pouvant contenir des larves de moustique afin de l’éradiquer dans les jardins des particuliers ainsi que sur la voie publique, et l’installation de pièges à moustique adulte afin de détecter l’éventuelle présence du moustique tigre » explique Agence Régionale de Santé Grand Est dans son communiqué.

Plusieurs quartiers colonisés à Nancy

Les contrôles effectués, en septembre 2021, dans le quartier Haussonville et rue du Maréchal Oudinot à 650 mètres environ ont mis en évidence la présence de moustiques tigres adultes. Ces détections suggèrent une implantation pérenne et le développement de l’espèce dans le quartier, et non plus des introductions indépendantes par voie de transport.

La capture d’un moustique tigre adulte au niveau du jardin Dominique Alexandre Godron, en juillet 2021, indique un développement probable de l’espèce dans le quartier de la rue Sainte Catherine à Nancy. « Outre la nuisance indéniable qu’il entraîne, il est important de lutter contre la présence de ce moustique en raison du risque épidémique qu’il représente. Le moustique tigre est, en effet, potentiellement vecteur des virus de la Dengue, du Chikungunya, et du Zika. » poursuit l’ARS Grand Est.

« Le moustique tigre colonise durablement la ville de Nancy »

« La possibilité d’élimination de l’espèce sur la ville de Nancy à la suite de ces détections multiples s’amenuise et amène l’ARS à considérer que le moustique tigre colonise durablement la ville de Nancy. »

Quelles actions suite à ce classement ?

Au printemps 2022, des interventions de sensibilisation et de lutte seront mises en œuvre, en lien avec la mairie de Nancy, sur les zones d’implantation du moustique tigre en vue de limiter sa prolifération. Le réseau de pièges pondoirs sera également redéfini afin de surveiller la dispersion de l’espèce sur le territoire de la ville.

Pour l’heure, seule la ville de Nancy est concernée par ce classement. Néanmoins, son classement entraîne automatiquement le classement du département de Meurthe-et-Moselle en zone colonisée. Ce sont donc dorénavant trois départements de la région Grand Est qui sont considérés colonisés par le moustique tigre : BasRhin, Haut-Rhin et Meurthe-et-Moselle.

L’implantation du moustique tigre en France métropolitaine remonte désormais à plusieurs années et sa colonisation du territoire métropolitain se fait progressivement mais inexorablement. Au 1er janvier 2021, 64 départements étaient colonisés en France.

Pour en savoir plus sur le dispositif de surveillance, les conseils pour lutter contre la prolifération du moustique tigre : https://www.grand-est.ars.sante.fr/moustique-tigre-et-maladies-vectorielles

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.