Search
vendredi 24 sept 2021
  • :
  • :

Une oeuvre contemporaine sur le parvis du Mudaac Mise en lumière de l’œuvre le 16 septembre 2021

image_pdfimage_print
Installation de Phèdre Acier, résine polyester, bois, projecteur programmable, 2004, 6,5 x 2,5 x 4 m

Installation de Phèdre
Acier, résine polyester, bois, projecteur programmable, 2004, 6,5 x 2,5 x 4 m

Dans le cadre de l’exposition de La Lune en Parachute, « Extension du domaine de la danse », présentée du 18 septembre au 17 décembre 2021, le MUDAAC accueille une installation de Denis PONDRUEL intitulée « Phèdre ». La mise en lumière de l’œuvre sera réalisée le 16 septembre 2021, dans le cadre de la Fête des Images.

Cette œuvre, créée en 2004 pour la Maison de la Culture d’Amiens, à l’occasion de l’exposition «Habiter», est conçue comme une « chambre » surélevée. La nuit, un projecteur mobile balaie de son faisceau la place et cette installation contemporaine.

Le texte lumineux reprend des passages de l’œuvre de Racine dans lesquels Phèdre avoue l’amour qu’elle porte à Hippolyte : « À ce nom fatal, je tremble, je frisonne. J’aime. ». Le faisceau et les mots de Phèdre trouvent l’accès de la cellule qui symbolise l’intrusion de la passion dans cet espace clos. Celle-ci devient un théâtre.

Par les ouvertures situées en partie basse, les spectateurs peuvent voir la danse rapide et légère du texte qui illumine la cellule de l’intérieur. Cette installation fait écho au travail que mène Denis PONDRUEL depuis les années 1980 avec la création de dispositifs visant à réfléchir sur les relations que nous entretenons avec le monde extérieur. Qu’il s’agisse comme ici d’habitacles évidés, de casemates de béton, ou de panneaux dressés, les œuvres de Denis PONDRUEL jouent avec les mots et les fragments de phrases, éclairés par lumière du dedans ou du dehors.

Il s’agit donc de petits théâtres fantomatiques aux allures de chambre à part, des « palais de la pensée ». Réduites à leur plus simple expression architecturale, les constructions de Denis PONDRUEL sont livrées au regard du visiteur pour la seule délectation sensible et intelligible. Il s’agit avant tout pour l’artiste d’une invitation à rêver ; le spectateur les investit en fonction de son propre ressenti et de sa propre mémoire.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.