Search
samedi 16 oct 2021
  • :
  • :

Manifestations anti-pass : Un professeur spinalien reçu au rectorat Il avait interpellé le recteur en août dernier

image_pdfimage_print

Présent lors de toutes les manifestations anti-pass, anti-vaccination, Andréas Pfeiffer, professeur d’allemand à Epinal,  a interpellé le recteur en août dernier pour dénoncer la mise en place des vaccinodromes dans les établissements scolaires depuis la rentrée. Il a été convoqué hier jeudi à Nancy. Un comité de soutien, qui s’est créé au fil du temps, l’a accompagné devant le rectorat. Une rencontre qu’il relate aujourd’hui.

« J’ai dénoncé la coopération entre l’Education Nationale et l’ARS pour des « sorties » dans les vaccinodromes et la mise en place des vaccinodromes dans les établissements scolaires d’autant plus que le protocole Blanquer est illégal.
De plus, j’ai souligné le fait que l’Education Nationale sort totalement de son cadre et ne fait plus preuve de neutralité. C’est grave de faire la promotion d’un médicament expérimental en phase test qui engendre des effets secondaires très graves surtout pour les jeunes qui n’ont aucun bénéfice de la thérapie génique. Le bénéfice est  zéro puisque les jeunes ne sont pas concernés par la maladie.
J’ai également insisté sur le fait que j’ai une obligation de sortir de ma réserve d’après un article concernant les fonctionnaires de 1983 : Lorsque les ordres sont illégaux, il est de notre droit de ne pas les exécuter. Dans ce sens-là, il me paraît important de sonner l’alarme et d’appeler à la raison et à la réflexion. Tous les parents et élèves sont fortement incités de manière irresponsable à adhérer à une seule et unique voie : « la vaccination »  .  La prudence s’impose et qui sauterait avec un parachute en phase test ».

La discussion n’a pas permis de trouver un consensus, mais l’échange a permis d’évoquer des points importants. Accompagné de Maître Risacher, Andréas Pfeiffer a insisté sur la principe fondamental de la mise en place de la diversité d’idées et d’un débat.

 




14 réactions sur “Manifestations anti-pass : Un professeur spinalien reçu au rectorat

    1. Yris

      Il est vrai que se faire vacciner contre un virus où seulement 0.01% des personnes testées finissent en réa (661 admis en réa sur plus de 4.6 millions de tests réalisés sur la première semaine de Septembre, source page d’accueil de Santé Publique France), c’est très instructif. Agiter la peur de la contamination, sortir masquer, masquer ses enfants et aller se faire vacciner pour pouvoir boire en terrasse ou emmener ses enfants à Disneyland en Septembre « car c’est moins cher », c’est vraiment très utile et très cohérent. Ce professeur défend l’égalité de traitement entre tous les individus et la liberté vaccinale, des principes qui ne posaient aucun problème avant ce virus. Mais bon, vous êtes devenus fous avec ce virus au point d’accepter de justifier vos déplacements sur une attestation, de juger le contenu des caddys (le coca jugé pas essentiel par un policier durant le premier confinement), de verbaliser ceux qui posaient leur séant sur les bancs des parcs en Cote d’Or durant le premier confinement, de porter un masque en extérieur, de masquer des enfants qui sont épargné par les covid-long (10 morts covid en 2020 chez les moins de 20 ans qui doivent représenter 15-16 millions de jeunes). Cessez de jouer les témoins de Jéhovah, votre apocalypse sanitaire n’arrivera pas. Quant à l’age moyen des victimes du covid, il correspond à l’espérance de vie moyenne en France. Nous ne sommes pas immortels, navrée de vous l’apprendre !

      répondre
    2. Pascaline

      Il est vrai que, dans un monde normal, penser à la santé de ces élèves ne devrait pas le préoccuper ! Il devrait en effet s’occuper à bien d’autres chose les samedis en principe.

      répondre
  1. Lili

    J adore les commentaires des collabo…dénué de toute réalité ! Rien que le pseudo  » j ai monpassmoi… »  » jaitoubienfaitcommemanuiladit. Affligent

    répondre
    1. Eric

      à Lili
      Vous êtes toujours aussi vulgaire dans vos propos. Pour qui vous prenez-vous ? Vous êtes la collabo de qui, vous pour insulter les gens de cette manière ? Vous savez ce qu’est un collabo au moins ? Je ne pense pas au vu vos propos désobligeants et surtout de très bas niveau. Revoyez votre copie (en phase avec ce professeur).
      Un professeur n’a pas à se mêler de vaccination. Pour cela il y a des syndicats, des associations de parents d’élèves. Que ce prof reste à sa place et enseigne sa matière, c’est tout ce qu’on lui demande et s’il n’est pas content qu’il démissionne ! On en a marre de ces gens qui se prennent pour ce qu’ils ne sont pas (n’est-ce pas Lili la cloche ?)

      répondre
  2. Olivier

    Quel dommage de donner tribune à cette personne qui est manifestement très mal renseignée sur ce qu’est réellement ce vaccin, ceci sans y apporter des éléments de vérification pour permettre à chacun de comprendre les enjeux.
    Non ce vaccin n’est pas une thérapie génique, prétendre ceci est une preuve de méconnaissance du sujet.
    Si, le COVID touche aussi les jeunes.
    Et non, il ne s’agit pas d’un « médicament expérimental » mais d’un traitement efficace très largement testé et éprouvé.

    Le travail journalistique devrait, je crois, apporter ce genres d’informations importantes pour se faire un avis éclairé.

    répondre
    1. COROMON

      C’est bien une Thérapie génique test, c’est très très bien employé désolé:
      Le bénéfice risque n’est absolument pas maitrisé alors pourquoi injecter les personnes valides et les enfants?
      Depuis que la pandémie de COVID-19 a entraîné une psychose dans les pays développés, des « vaccins » ont été mis au point en un temps record avec un seul mot d’ordre : la vaccination pour toutes et tous, dès 12 ans, coûte que coûte. Toutefois, les « vaccins » révolutionnaires qui nous sont proposés puis imposés ne sont pas sans risques. Les données de pharmacovigilance qui remontent très timidement sont déjà catastrophiques et laissent craindre le pire poussant de plus en plus de scientifiques et médecins à demander l’arrêt immédiat de la vaccination, principalement chez les personnes jeunes et en bonne santé.
      Suite à la pandémie de COVID-19, les pays développés ont adopté une curieuse stratégie sanitaire : plutôt que de soigner rapidement les malades avec des traitements qui font leurs preuves (Ivermectine, Azythromicine…) – comme en témoignent le Brésil, l’Inde et de nombreux pays africains – et qui sont utilisés depuis des décennies sans contre-indication, ils ont accepté, dans l’urgence des soit-disant « vaccins ».
      Et pourtant, en plus de 40 ans de recherches, aucun vaccin n’avait jamais été mis au point contre les coronavirus… Jusqu’à ce jour ?
      En temps normal, il faut environ 8 à 12 ans pour qu’un vaccin soit autorisé mais l’urgence de la pandémie et le nombre soi-disant « catastrophique » de morts a incité les gouvernements à accepter des autorisations temporaires de mise sur le marché, sans aucun recul sur les conséquences sanitaires d’une telle décision.
      « Cette précipitation a généré une série de problèmes potentiels, comme l’impossibilité de connaître les événements indésirables à moyen et long terme, qui se confirment en pratique jour après jour, sans parler du silence gênant et même l’interdiction, dû à la censure des grands médias et réseaux sociaux et même de l’OMS elle-même, concernant les propositions de traitements pour cette nouvelle maladie en utilisant des médicaments sûrs et établis pour maladies virales et thromboemboliques similaires. »

      répondre
      1. cp

        Les pays que vous citez, parmi les plus touchés au monde, sont la preuve de l’inefficacité de vos pseudos remèdes contre le covid . Etre adepte des biais cognitifs complotistes ne devrait pas obliger à nier l’évidence.

        répondre
        1. COROMON

          L’évidence monsieur c’est que le débat scientifique et médical est muselé et les traitements précoces ont rapidement été interdits!!
          Les messages abrutissants et terrorisants puis les mesures liberticides fonctionnent bien : 41 % de la population mondiale est maintenant vaccinée et 5,6 milliards de doses de « vaccins » ont été injectées dans ce qui est dorénavant la plus grande expérience médicale de l’histoire de l’humanité.

          répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.