Search
mardi 11 mai 2021
  • :
  • :

Coup de gueule : « Peut-on se passer de bois ? » Le message de Laurent Bleron, directeur de l’ENSTIB et Pascal Triboulot, directeur honoraire de l’ENSTIB et vice-président de FIBOIS

image_pdfimage_print

forest-2830790_1280Photo d’illustration

Laurent Bleron, directeur de l’ENSTIB et Pascal Triboulot, Directeur honoraire de l’ENSTIB, vice-président de FIBOIS, ont décidé de pousser une « coup de gueule » concernant le débat sur l’utilisation du bois et l’image qui est parfois donnée de la filière. Ils prennent notamment l’exemple la reconstruction de la cathédrale Notre Dame de Paris.

Communiqué de Presse

Coup de gueule : « Peut-on se passer de bois ? »

Depuis quelques semaines, la forêt et l’utilisation du bois sont des sujets d’actualité. L’amalgame permanent, entre les images chocs de la déforestation en zones tropicales et la réalité de la progression du patrimoine forestier sur tout le continent européen, l’idée que les forêts du Morvan sont l’expression généralisée des forêts françaises, l’impression donnée que les entreprises du bois et les forestiers sont tous « vendus au grand capital » et oeuvrent systématiquement à grands coups de monstres mécanisés et d’épandages récurrents de glyphosate et d’autres intrants dévastateurs finissent par lasser.

Peut-on se passer de bois ? C’est la seule question que doit se poser l’opinion public.

Si la réponse est oui, alors acceptons l’idée de l’utilisation tout azimut des ressources fossiles et de la bétonisation de la planète. Actuellement, chaque habitant de notre terre consomme un m3 de béton par an, pourquoi pas deux ou trois, c’est si bon pour le réchauffement climatique… Nos forêts pourront alors être mises sous cloche, revenir à l’état primaire, redevenir impénétrables et largement moins agréables pour la promenade ou la sortie VTT du dimanche, ou simplement disparaître, emportées à leurs tours par le réchauffement climatique, dont les effets sont bien plus rapides que la seule adaptation des forêts à leurs environnements.

Si la réponse est non, alors changeons notre regard sur les spécialistes : gestionnaires forestiers, bûcherons, scieurs, industriels de la deuxième transformation, scientifiques qui prônent un équilibre à travers les multifonctionnalités de la forêt, ou qui mettent en évidence l’intérêt environnemental de l’utilisation du bois, et donc de la récolte des arbres. Cessons de les considérer comme des suspects. Si la forêt est multifonctionnelle, elle est aussi l’une des meilleures illustrations de ce qu’est le développement durable. Les trois piliers du développement durable : social, écologique et économique s’y trouvent rassemblés mieux qu’ailleurs. On trouve aussi, dans ce lien entre la forêt et le bois, de magnifiques exemples de l’économie circulaire et de l’émergence du concept de circuits courts. Les femmes et les hommes qui mettent leur énergie, leurs talents, leurs convictions et leur passion au service des territoires forestiers et des entreprises responsables de la filière, sont souvent aussi silencieux que les arbres qui grandissent. Il serait temps de les écouter !

Exemple de la reconstruction de Notre-Dame

L’opinion public s’est là encore « enflammée » : 3 500m3 de chênes sacrifiés, inacceptable de récolter les 1000 à 1500 chênes nécessaires à la reconstruction !

• Or, il y a environ 1,3 milliards de chênes rouvres et pédonculés en France.

• Cette opération représente donc 0.0001% du capital de chênes disponibles…

• L’accroissement biologique annuel des chênes de France est de l’ordre de 14 millions de m3.

• Les 3 500 m3 de chêne seront reconstitués dans nos forêts en moins de 2h30….

• C’est de l’arithmétique de base niveau CM2 : [(365 jours x 24h) / 14 000 000 m3] x 3 500 m3 = 2,18h.

2h30 de production, sans aucun bruit, en prélevant le CO2 atmosphérique et avec le soleil comme seule énergie…

La forêt et l’utilisation du bois ont un rôle indispensable dans la réalisation des engagements environnementaux de la France. L’effort de communication et de pédagogie sur la nécessité d’une gestion dynamique de la forêt porte aussi sur les générations de futurs acteurs que nous formons à l’ENSTIB. Pour eux, nous nous devions d’intervenir dans ce débat.

Professeur Laurent BLERON, Directeur de l’ENSTIB Professeur Pascal TRIBOULOT, Directeur honoraire de l’ENSTIB, vice-président de FIBOIS Grand-Est

Communiqué de Presse




5 réactions sur “Coup de gueule : « Peut-on se passer de bois ? »

  1. John

    Comme d’habitude les réseaux sociaux s’enflamment et véhiculent des absurdités, cet article en est la preuve et je dois dire que cette situation m’a été confirmée par un agent de l’ONF.
    Certains feraient mieux de se questionner sur le fait qu’on nous annonce des retards dans la construction faute de bois! Alors militez braves gens sur le fait que la grande majorité de bois exporté l’est en direction de la Chine et nous revient en meubles ou autres….
    beau bilan carbone!!!

    répondre
    1. Leon.

      Les chinois sont prêt à tout pour trouver du bois.
      Quitte à deforester la terre entière.
      J’avais vu un documentaire sur les coupes de bois dans les forets primitives au Gabon.
      Les bucherons qui travaillent sur les concessions octroyées aux chinois dérogent très largement sur ce qui leur est accordé.
      Essences protégés, bois trop jeunes, ça tronçonne quand même …

      répondre
      1. John

        Et que dire des espagnols qui sont venus couper sans autorisation plus de 300 chênes centenaires en Ariège en février pour sans doute les revendre aux même chinois…
        De toute façon on marche sur la tête , rappelez vous ces projets de méga scieries dont une devait être installée sur Nomexy aux dépends de toutes nos petites scieries locales et qui devaient pour fonctionner à plein détruire une bonne partie de nos forêts et se tirer après , tout ça avec la bénédiction de nos élus!

        répondre
  2. totochee

    les écolos bobos n’ont qu’ à écrire à Bolsonaro. les chinois nous achètent notre bois sec qui se fracasse dans nos forêts : merci à eux . l’exploitation forestière permet d’entretenir de belles forêts saines en France , la gestion est durable.

    répondre
    1. Leon.

      La gestion est durable si l’on sélectionne avec précision les arbres à couper et ceux à laisser encore grandir.
      On assiste de plus en plus à de véritables coupes à blanc étoc avec en prime des sols ravagés par la mécanisation.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.