Search
vendredi 23 avr 2021
  • :
  • :

Vosges : L214 alerte sur les conditions d’élevage des poulets Subway

image_pdfimage_print

20210227_164014Ce samedi après-midi, à Epinal, des bénévoles de l’association « L214 » se sont réunis devant le restaurant Subway situé quai du Musée. Munis de panneaux et de tracts publicitaires détournés, les manifestants interpellent les passants pour évoquer les conditions dans lesquelles sont élevés et abattus les poulets utilisés pour garnir les sandwichs de l’enseigne.

Dans quelque 23 autres villes, L214 organise ce week-end un « happening » pour dénoncer les conditions dans lesquelles sont élevés et abattus les poulets pour Subway. L’objectif de ces rassemblement est de « faire bouger les choses », selon Anne-Sophie Mangin, membre de l’association et par ailleurs conseillère municipale d’opposition à Epinal. « Faire prendre conscience au grand public », d’une part, des conditions d’élevages des poulets. Les passants sont invités à signer une pétition. L’action de ce samedi a aussi pour but d’« inciter Subway à signer la charte » internationale « European Chicken Commitment ». L’entreprise ferait appel à des élevages « qui pratiquent les pires conditions de mise à mort », d’après la militante. L214 demande à Subway de s’engager à « tourner le dos aux pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets et à garantir une part d’élevage en plein air dans ses approvisionnements ». Un engagement déjà pris par une cinquantaine d’entreprises.

L214 dialogue avec les dirigeants de Subway depuis plus de deux ans et demande la mise en place d’un certain nombre de mesures précises dans leur cahier des charges : baisse des densités dans les élevages, sélection de races de poulets à croissance moins rapide, lumière naturelle, enrichissement du milieu de vie, abandon de l’accrochage des poulets encore conscients à l’abattoir. Par ailleurs, L214 demande que 20 % au moins des approvisionnements en viande de poulet de Subway pour la France proviennent d’élevages en plein air. Priscilla Chonavel, militante depuis bientôt 4 ans au sein de l’association, engage la discussion avec des passants aux abords du restaurant. Son masque « Stop spécisme » annonce déjà la couleur. Il faut croire que certains de ses arguments ont été convaincants, puisqu’un groupe de quelque quatre personnes se rendant chez Subway pour déjeuner y ont renoncé et se sont dirigés vers un autre établissement.

Screenshot_20210227-163935_Chrome




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.