Search
vendredi 4 déc 2020
  • :
  • :

Re-confinement : les chasseurs peuvent obtenir des dérogations

image_pdfimage_print

man-1524176_1280Le re-confinement annoncé par le chef de l’État, a « du plomb dans l’aile ». Très contesté, il touche et concerne de nombreux secteurs d’activité. Des commerçants protestent ou désobéissent, des maires prennent des arrêtés autorisant la réouverture des boutiques, ou écrivent des lettres. De leur côté, les chasseurs pourront quant à eux bénéficier de dérogations pour éviter la prolifération de sangliers ou de chevreuils.

D’après francetvinfo.fr, Bérangère Abba, secrétaire d’État auprès de la ministre de la Transition écologique, chargée de la biodiversité, a précisé les modalités de la chasse pendant le confinement, dans un communiqué en date du dimanche 1er novembre. Les Commissions Départementales de la Chasse et de la Faune Sauvage (CDCFS) seront ainsi convoquées par les préfets « pour échanger sur les enjeux de régulation du gibier chassable et des espèces susceptibles d’occasionner des dégâts ou présentant des risques sanitaires pendant la période de confinement. Cette consultation permettra également de préciser les conditions sanitaires et gestes barrières à respecter lors de ces actions exceptionnelles de chasse ». Ces dispositions concernent le sanglier et le chevreuil, espèces « susceptibles d’occasionner des dégâts aux cultures et aux forêts, et dont la population doit être régulée ».




6 réactions sur “Re-confinement : les chasseurs peuvent obtenir des dérogations

  1. Claude NOEL

    Les animaux sont des créatures de Dieu qui tout autant le droit de vivre que les humains.
    Les chasseurs sont des assassins d’animaux et les gouvernants qui autorisent cette ignoble pratique sont des complices d’assassinat
    Ils seront tous jugés devant le tribunal de l’Éternel.

    répondre
  2. jules

    Sur ordre du Président de la République, le Ministre censé incarner la Transition Ecologique et Solidaire vient de signer un arrêté le 30 janvier 2019 permettant la chasse de 4 000 Oies cendrées jusqu’au 28 février 2019 (sauf Haut-Rhin/Bas-Rhin), et des Oies rieuses et des moissons, sans quota, jusqu’au 10 février

    répondre
  3. elea

    Il ne faut pas s’étonner ensuite que certains ne prennent pas le confinement au sérieux.
    Ce gouvernement et ses préfets tremblent devant le lobby des chasseurs.
    LREM est en train de se suicider en n’écoutant pas les défenseurs des animaux. Déjà que le parti part en vrille.

    répondre
  4. jules

    les chasses présidentielles. Emmanuel Macron veut les rouvrir.

    La baisse du prix du permis de chasse
    C’est la mesure phare, celle qui concerne tout le monde car elle touche au portefeuille. Officiellement, on parle d’une meilleure accessibilité à la chasse. Le gouvernement aurait décidé d’abaisser le prix du permis national de chasse. Actuellement facturé 400 euros, son prix annuel pourrait tomber à 200 euros soit 50 % moins cher !

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.