Search
dimanche 29 nov 2020
  • :
  • :

Epinal – « Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige »

image_pdfimage_print
CoucherSoleil

Photo S.A.

Il est des soirs où les nuances du ciel cotonneux de novembre, irradié par le soleil couchant, nous font l’effet d’un véritable vertige sensoriel.

Apothéose de ce beau week-end de confinement, la luminosité surréaliste qui vient de baigner Epinal dans son rose saturé, nous évoque instantanément les vers du fameux pantoum Harmonie du soir de Baudelaire :

« Un coeur tendre, qui hait le néant vaste et noir,

Du passé lumineux recueille tout vestige !

Le soleil s’est noyé dans son sang qui se fige…

Ton souvenir en moi luit comme un ostensoir ! »

S.A.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.