Search
samedi 26 sept 2020
  • :
  • :

Chevaux mutilés ou tués : les conseils de la gendarmerie des Vosges

image_pdfimage_print

horses-1414889_1920Oreilles coupées, flancs lacérés… des chevaux, poneys et ânes sont mutilés ou tués partout en France. La gendarmerie des Vosges livre ses conseils. 

Le mystère entourant la série de mutilations commises sur des chevaux, dans de nombreux secteurs de France n’est pas encore résolu. La gendarmerie des Vosges demande d’être attentif aux individus et véhicules au comportement suspect. Les signalements pourraient être déterminants pour confondre les auteurs de ces actes barbares. La gendarmerie nationale a déjà ouvert plus d’une dizaine d’enquêtes à la suite de dépôts de plainte de propriétaires de chevaux, poneys et ânes.

La gendarmerie a livré ses conseils. Elle demande aux propriétaires de chevaux d’effectuer une surveillance quotidienne des chevaux aux prés. Il est aussi recommandé d’évitez de laisser un licol quand l’animal est au pré.

Signalez aux unités de gendarmerie, en appelant le 17, tout comportement suspect. Si vous êtes concernés appelez le 17.

C.K.N.



2 réactions sur “Chevaux mutilés ou tués : les conseils de la gendarmerie des Vosges

  1. Cavalieramateur

    Organisez-vous entre vous pour monter des gardes la nuit et la journée entre cavaliers et possesseurs de chevaux.
    Faites très attention sortez à plusieurs.
    Prenez téléphone et appareils photos.
    Si besoin faites appel à vos connaissances sûres et bénévoles protection animale sûrs pour vous aider. Ne laissez pas vos chevaux seuls.
    Relevez toutes les plaques de voitures circulant aux abords de vos champs surtout si vous êtes dans un coin peu fréquenté.
    En cas de besoin vous pourrez ainsi les donner à la Gendarmerie qui pourra toutes les étudier.
    Installez des caméras il en existent de miniatures ou plus grosse hyper discrètes et performantes.
    Avec un groupe d’amis nous avons mis cela en place dans mon village et aux alentours et il est clair que le premier qui viendrait s’en prendre à nos animaux aurait une grosse surprise et ne pourrait approcher nos chevaux ou fuir.
    Quand aux gendarmes on espère qu’ils feront des rondes plus fréquentes.

    répondre
  2. Seb

    Surtout ne faites rien que vous pourriez regretter par la suite, pas d’armes ou tirez en l’air. Il ne faudrait pas que vous risquiez de finir là où devraient être ces gens, derrière les barreaux.
    Mais en effet la réponse est de monter la garde discrètement.
    J’habite dans une petite commune rurale où des personnes ont des chevaux en près d’autres en box écurie et j’ai pu remarquer que le climat a changé et l’indifférence a fais place à la méfiance : La moindre voiture qui passe est scrutée etc… C’est bien les proprio de chevaux ont pris conscience.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.