Search
lundi 6 avr 2020
  • :
  • :

Vosges – Les risques d’avalanches selon l’association NIV’o.s.e Le coup de gueule de Pierre-Marie David

image_pdfimage_print

avalanche-vosges-neigeL’association NIv’o.s.e veille sur le massif des Vosges par le biais d’observations réalisées par ses bénévoles dont Pierre-Marie David est le fondateur et chef de projet du réseau qui existe depuis des années, mais non reconnu en tant que tel. Il nous fait parvenir son sentiment, son ressenti sur la situation actuelle et surtout sur la base de ses observations. PMD a la dent dure, mais le sérieux de l’homme et sa connaissance de la montagne doivent nous inviter à la prudence…et sans doute à la réflexion pour l’avenir.

———————————————————-

On apprend qu’un accident est survenu samedi dans le couloir du Falimont : une cordée de trois personnes, une est blessée. Contrairement aux belles paroles officielles, il n’y a toujours pas de bulletin neige/risque d’avalanche officiel dans le massif vosgien.

Il y a ceux qui sont les mains dans le cambouis… et ceux, celles qui, dans des bureaux de certains instituts de recherche….analysent des phénomènes de neige à distance. Ces spécialistes de la nivologie de clavier d’ordinateur, on ne les voit jamais sur le terrain.

PMD

——————————————————————————

Voilà le mail envoyé aux adhérents de NIV’o.s.e vendredi dernier soit une journée avant l’accident :

Il est retombé 10 à 15 cm de neige lourde et humide cette nuit, renforçant un manteau neigeux d’environ 30 à 35 cm.

Il ne faut pas croire qu’une faible épaisseur de neige ne présente aucun risque.

Dimanche dernier, la tempête Ciara a balayé les crêtes avec des rafales à 180 km/h. Puis un deuxième coup de vent de secteur ouest, associé à des chutes de neige, est passé hier, avec des rafales à 70km/h.

Sur une vaste étendue dénudée comme les Hautes Chaumes, 10 cm de neige transportés par le vent peuvent former des accumulations de plusieurs mètres d’épaisseur au revers de la crête.

Il y a donc suralimentation sur les versants EST et formation de corniches et surtout de plaques.

Des coulées peuvent se produire. Sur des pentes herbeuses, des  « glissements sur talus » peuvent être observés à la partie supérieure de certains couloirs d’avalanches.

Dans des conditions semblables, une cordée d’alpinistes avait déclenché une avalanche dans le couloir du Grand Dagobert le 26 janvier  2014 entraînant deux blessés graves.

PMD




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.