Search
mardi 28 sept 2021
  • :
  • :

Municipales 2020 : David Melloni crée « Nous, Spinaliens ! » et lance un appel aux progressistes

image_pdfimage_print

David-MelloniAprès avoir annoncé sa démission d’En Marche, il y a trois semaines, pour « reprendre sa liberté » et « rassembler les progressistes spinaliens », David Melloni franchit un pas supplémentaire et annonce officiellement la création d’un collectif citoyen baptisé « Nous, Spinaliens ! ». L’association sera présente sur le marché d’Epinal, samedi 30 novembre, de 10h30 à midi.

Dans un grand document au format tabloïd, qui vient d’être tiré à 22.000 exemplaires et sera distribué à tous les Spinaliens à partir de lundi, David Melloni explique que si « Epinal dispose de multiples atouts (…), nous faisons tous le constat d’une population durement touchée par la crise économique et sociale qui a traversé notre pays. En moins d’une décennie, notre bassin de vie a vu disparaître des milliers d’emplois. Epinal continue à perdre environ 1000 habitants tous les cinq ans et compte aujourd’hui plus de 2800 logements vacants. Son centre-ville et ses faubourgs portent les stigmates d’une perte d’attractivité qui saute aujourd’hui aux yeux des Spinaliens et les préoccupe grandement. »

Portant un jugement sévère sur ce qu’ils estiment être « le bilan des trois candidats de l’actuelle majorité LR-UDI », les membres de « Nous, Spinaliens ! » dénoncent la dégradation progressive du cadre de vie (voirie mal entretenue, friches à l’abandon…), le développement excessif des zones commerciales au détriment d’un « centre-ville en souffrance », mais aussi une « situation financière préoccupante », avec « un endettement supérieur de 46% à celui des villes de même taille » et une baisse continue des capacités d’investissement de la ville.

David Melloni et son équipe évoquent à ce titre « l’échec majeur » du projet d’aménagement du secteur de Laufromont, dont le déficit s’élève à 5 millions d’euros, ainsi qu’ « une politique hasardeuse d’aides économiques ayant généré plusieurs millions de pertes d’argent public ». « Nous, Spinaliens ! », qui se définit comme un « laboratoire d’idées » et un « catalyseur d’énergie », esquisse parallèlement de nombreuses solutions : « une politique environnementale volontariste (enfouissement des réseaux électriques aériens, régulation de la publicité, résorption des friches…), un plan de reconquête du centre-ville ambitieux (création d’une société publique locale, refonte de la politique de stationnement, rénovation du théâtre à l’italienne), ainsi qu’une stratégie économique faisant la part belle à « l’économie de la connaissance » (santé, numérique…) et un plan de rationalisation des dépenses (avec notamment l’abandon du projet de bassin artificiel d’eaux vives). »

Faisant clairement de la transition écologique sa priorité, « Nous, Spinaliens ! » propose d’améliorer et sécuriser les déplacements en vélo (pistes cyclables continues, vélos-rues).

Il se prononce également pour la gratuité du réseau de bus et son extension progressive, tout en pointant les contradictions de plusieurs candidats de la majorité qui proposent aujourd’hui la gratuité alors qu’ils ont tous voté, à l’unanimité, il y a quelques mois, le renouvellement pour 6 ans de la délégation et de la tarification du service de transports urbains. Partisan d’une « ville solidaire », le collectif propose également le rétablissement du dispositif originel des ATE (aménagement du temps de l’enfant) dans les écoles prioritaires ou bien encore une nouvelle offre publique d’assistance à domicile pour les seniors.

Ne manquant pas de souligner que « l’actuelle majorité municipale n’a pas respecté nombre de ses promesses de campagne de 2014 », comme la requalification de la place des Quatre-Nations et de la rue du Char d’Argent ou le réaménagement de l’axe Quai des Bons-Enfants – rue Lyautey – rue de Nancy, David Melloni et son équipe disent vouloir changer les pratiques en « instaurant une authentique démocratie délibérative ».

Dénonçant enfin les « liens d’intérêts entre l’agglomération et certaines entreprises privées », ils remettent en cause les participations de la ville et de la CAE au capital de plusieurs sociétés, ainsi que « les insuffisances » de l’équipe municipale dans la gestion de l’Imprimerie d’Epinal, qu’ils souhaitent intégrer dans un vaste pôle public incluant le musée de l’Image et l’Ecole supérieure d’Art. Association citoyenne et transpartisane, « Nous, Spinaliens ! » espère rassembler un grand nombre de Spinaliennes et de Spinaliens pour être « en situation, le moment venu, de porter le projet novateur et ambitieux dont notre ville et notre territoire ont besoin ».

Pour son président, « un autre chemin est possible, et la prochaine campagne des élections municipales ne doit pas se résumer aux querelles fratricides des trois candidats de la majorité sortante LR-UDI, dont l’un promet le statu quo, et dont les deux autres cherchent péniblement à se démarquer en avançant des propositions parfois fantaisistes ou irréalistes (pont, téléphérique…) ». L’appel aux progressistes est lancé !

L’association sera présente sur le marché d’Epinal, samedi 30 novembre, de 10h30 à midi. Un site internet sera accessible dès ce week-end : www.nous-spinaliens.fr

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.