Search
mardi 22 oct 2019
  • :
  • :

Le musée de l’image présente « Loup, qui es-tu? »

image_pdfimage_print
ALBUM du Jardin des PLANTES, (détail) Pellerin, Épinal, entre 1857 et 1866 Lithographie dorée et coloriée au pochoir Coll. Musée de l’image, Épinal © Musée de l’Image - Ville d’Épinal – cliché Essy Erfani

ALBUM du Jardin des PLANTES, (détail)
Pellerin, Épinal, entre 1857 et 1866
Lithographie dorée et coloriée au pochoir
Coll. Musée de l’image, Épinal
© Musée de l’Image – Ville d’Épinal – cliché
Essy Erfani

Le Musée de l’Image d’Epinal présente sa nouvelle exposition temporaire qui débutera le 30 novembre. 

À la simple mention de son nom, certains frissonnent déjà. Difficile, aujourd’hui, de porter un regard objectif sur un animal duquel on a tant dit et médit. Plus qu’un loup, c’est une image de loup qui apparaît : celui des contes et des fables, le loup dont on nous menaçait lorsque, enfants, nous n’étions pas sages, la bête monstrueuse avide de chair humaine, symbole de nos peurs les plus archaïques. Un loup qui parle comme un homme et dont il porterait les vices et défauts.

 

Le Musée de l’image invite à découvrir l’aventure culturelle de cet animal à travers l’étude des estampes populaires françaises : témoignages des regards portés sur le loup, ces imageries sont aussi, de par leur large audience, de puissants agents de construction et de diffusion du mythe. D’autres œuvres, issues de la culture savante, enrichissent le parcours de l’exposition.

L’exposition « Loup ! Qui es-tu ? » prend place dans six espaces d’exposition temporaire du Musée de l’image, sur une surface totale de près de 320 mètres carrés ; chacun d’eux étant identifié et consacré à une problématique. Au sein de chaque salle se succèdent diverses sections, liées les unes aux autres et portant des titres inspirés des expressions populaires sur le loup ou tirées de textes connus, par exemple des Fables de La Fontaine. Chaque salle se distingue par une ambiance différente, incluant parfois le son, imaginée par la scénographe Marie Teyssier.

Le parcours est également jalonné de bornes sonores, permettant aux visiteurs d’écouter contes et fables. Si les images populaires (majoritairement du XIXe siècle) issues du fonds du Musée de l’image constituent l’objet d’étude principal de l’exposition, d’autres œuvres viennent enrichir le parcours : Beaux-Arts et arts décoratifs, musique, spécimens d’histoire naturelle, documents d’archives, vidéos, extraits sonores, pièges à loup, ouvrages illustrés, estampes savantes, costumes, sculptures, articles de journaux contemporains, etc.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.