Search
mardi 22 oct 2019
  • :
  • :

Un mur menace de s’effondrer, un spinalien interdit d’habiter dans sa propre maison !

image_pdfimage_print

mur-s-effondre-epinal.4jpgDepuis plus d’un an, Yves Perrin ne peut plus habiter dans sa maison située à Epinal. En effet, un mur appartenant à son voisin, menace de s’écrouler sur son habitation. 

mur-s-effondre-epinal.7jpgEn mars 2016 Yves Perrin est victime de l’effondrement d’un mur lui appartenant. Un expert, se rend alors sur place. Le mur sera reconstruit, mais d’autres problèmes subsistent. L’expert constate qu’un mur appartenant à son voisin de la Rue Irène Joliot-Curie à Epinal menace lui aussi de s’effondrer.

Interdiction d’habiter sa maison

Une expertise a été réalisée le 14 mai 2018, indiquant qu' »il y a risque d’éboulement. », « il y a péril imminent » et concluant « En l’état, il n’est pas possible de consolider ces ouvrages par des étaiements ou contreforts ». L’expertise dicte une reconstruction durable et définitive du mur du voisin d’Yves Perrin. Un péril imminent qui interdit dès le 8 juin à Yves Perrin d’habiter dans sa maison.

Le 13 juin, par ordonnance, le Juge des référés du Tribunal de Grande Instance d’Epinal a condamné son voisin à réaliser sous astreinte les travaux nécessaires. Mais depuis, malgré de très nombreuses relances, son voisin n’a toujours pas effectué les travaux. « Ce dernier n’a jamais produit la moindre étude, recherche de solutions techniques ou devis. Il laisse toutes mes demandes sans suite. La mise en demeure n’est pas respectée. » explique Yves Perrin.

Une situation insoutenable

Depuis, Yves Perrin s’est retrouvé à la porte de chez lui. « Je suis toujours interdit d’habiter dans ma maison. Je suis privé de mon domicile depuis plus d’un an. Privé de ce bien, lors des week-end et des vacances scolaires de mes enfants, c’est mon ainé fils de 19 ans qui nous héberge dans son très modeste studio d’étudiant nancéen (20 m2), une situation insoutenable. Pour les autres périodes, soit famille et amis m’hébergent, une situation inacceptable, soit j’ai recours à de la location pour préserver leur intimité, avec des conséquences financières lourdes. » commente-t-il.

Une situation difficile moralement et financièrement. Tous les mois, le spinalien rembourse les prêts immobiliers pour sa résidence, des charges devenues trop lourdes au vu des frais supplémentaires générés par la situation.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.