Search
mardi 22 oct 2019
  • :
  • :

La galerie Saint-Nicolas inquiète

image_pdfimage_print
(photographie d'illustration google maps)

(photographie d’illustration google maps)

Ce jeudi soir, lors du dernier conseil municipal, les élus ont réfléchi à la question de la galerie Saint-Nicolas à Epinal. Si le taux de vacance en centre-ville est passé de 14,9% en 2016 à 9,56% fin 2018, ce n’est pas la même histoire pour la galerie commerciale Saint-Nicolas à Epinal. Située en cœur de ville et d’une surface totale de 1200 m², le taux de vacance est d’environ 60%.

Un chiffre qui s’explique par plusieurs facteurs selon le premier adjoint au maire, Patrick Nardin : une concentration datée avec des superficies inadaptées aux besoins des enseignes d’aujourd’hui, une structure immobilière imbriquée comprenant la galerie, un Monoprix, un parking et des logements, mais aussi des coûts de fonctionnement élevés impliquant des charges locatives importantes, et un statut de copropriété avec des loyers significatifs. « Cela s’explique aussi par un sentiment d’insécurité dû à la présence, en façade, d’un sas d’entrée où peuvent se regrouper des individus » commente Patrick Nardin.

Une aide à l’installation pour les commerçants

Alors que de nombreux commerçants et Epicentre se mobilisent ensemble pour la galerie Saint-Nicolas, la ville a souhaité s’associer à cette dynamique et proposer plusieurs actions spécifiques pour développer l’attractivité de la galerie Saint-Nicolas.

La ville d’Epinal a mis en place un fonds d’accompagnement pour tout nouveau porteur de projet qui souhaite s’installer au sein de la galerie Saint-Nicolas. Cette aide de 40% maximum du montant d’un loyer, est accordée à tout nouveau commerçant pour 6 mois, renouvelable une fois.

Ce dispositif a permis d’accueillir un collectif d’artistes lors des festivités de fin d’année 2018.

Mais ces actions n’ont pas permis d’améliorer le taux de vacance de la galerie commerciale Saint-Nicolas d’Epinal qui demeure au-dessus des 50%.

De nouvelles actions pour la galerie Saint-Nicolas

La ville a alors décidé de saisir l’EPARECA, l’Etablissement Public national d’Aménagement et de Restructuration des Espaces commerciaux et artisanaux. Il s’agit d’un établissement qui a la capacité de se mobiliser pour des études en vue de faire le portage du foncier et de mettre en place un plan d’actions en vue de recommercialiser, au besoin, après remembrements des cellules commerciales.

Ce jeudi soir, les élus ont voté le partenariat avec l’EPARECA. Deux études vont être lancées dès le début de l’année 2020 : une étude commerciale basée sur des enquêtes de comportement d’achat afin d’estimer le marché potentiel de redéploiement de la galerie et une étude juridique et foncière basée sur des rencontres avec les commerçants et les propriétaires pour estimer l’ensemble des coûts de maîtrise foncière.

C.K.N.




17 réactions sur “La galerie Saint-Nicolas inquiète

  1. Yaya

    Épinal c une ville de vieux ia plu rien pour la jeunesse Épinal avec son maire qui fait rien pour la jeunesse les anne 80 epinal c t’ai bien

    répondre
  2. Gerard Pernot

    Cette photo est également révélatrice d’un aspect du problème… Quelle activité intense sur cette rue popol!!!!!!!!!!! C’était autrefois un centre avec de nombreux commerces de luxe. Je salue en passant le magasin Martin qui est un des seuls qui restent de ceux des années 50/60

    répondre
  3. LM88

    Et si dans cette rue, les places de stationnement réservées aux livraisons et au transport de fonds étaient, elles, vacantes, mais plutôt occupées pour l’usage auquel elles sont destinées, ce serait un plus..

    répondre
    1. Karine

      Le stationnement n’est pas la cause quand on dispose d’un espace de stationnement de plus de 500 places avec une navette gratuite toutes les 10 minutes.

      répondre
      1. Santiago

        IL n’y a pas de navette le lundi matin, pendant certaines manifestations le parking de 500 places est inutilisable et depuis ce parking, parfois on va plus vite à pied pour rejoindre le centre ville.

        répondre
  4. Isabelle

    Perso j’y vais régulièrement pour les petits magasins pas chers que l on ne peut trouver nulle part ailleurs au centre ville. Je suis favorable à ce que cette galerie soit toujours présente au Centre Ville. Merci de faire pour qu’elle y reste.

    répondre
  5. THEOBALD

    Dans les grandes villes les galeries sont fréquentées ,surtout par mauvais temps , on y trouve souvent les mêmes commerces qu’ à l’extérieur.
    Pourquoi cela ne fonctionne pas à Epinal?
    Notre centre ville s’appauvrit , il serait temps de trouver des solutions.

    répondre
  6. Cléa

    Il ne faut pas exagérer il y a le champ de mars à 5 – 10 mn à pied et la navette gratuite, enfin payée par les spinaliens, et qui profitent à tous ceux qui critiquent encore. La ville ferait mieux de ne pas dépenser les impôts pour les non spinaliens.
    Cette galerie n’a plus ou presque que des commerces bas de gamme qui ouvrent et qui ferment et vendent du made in china..
    Les commerçants d’Epinal devraient être plus commerçants et plus aimables ils auraient peut-être plus de monde aussi.

    répondre
    1. JMV

      Dissolution des industries, de la pêche, de l’agriculture..
      La France est devenue un vaste centre commercial de diffusion de produits chinois.

      répondre
  7. Romuald

    les commerçants ne sont pas aidés par les politiques et la présence d’interminables zones où des salariés esclaves triment pour des franchises sans âme, cela dit les magasins de babioles bas de gamme de la galerie St Nicolas montrent un autre aspect du problème : vendre n’importe quoi n’importe comment ça n’aide pas à attirer le client.

    répondre
  8. veg nat

    La France est devenu un pays d’assistés indisciplinés et l’industrie ne peut résister avec une grande partie de la population qui ne veut pas bosser mais profiter, des ouvriers qui bossent dépassés et exploités, des fonctionnaires ciblés en permanence et trop gâtés pour certains mais dévalorisés pour d’autres, des agriculteurs dans le malaise, une politique d’élévation intellectuelle insuffisante et un esprit d’initiative mijauré.
    Pourquoi dès que vous cherchez un produit pas forcément original vous ne trouvez rien ou pas grand chose de français et que vous avez tout de suite des trucs allemand ? Pourquoi eux ils y arrivent et pas nous ?
    Ex. chaussures, technologie, produits exotiques (beaucoup d’allemands dans l’import export de ces produits), etc…

    répondre
    1. Nelly

      je fréquentais les salons décoration et je me souviens à une époque l’arrivée massive d’espion chinois qui flashaient toutes les créations et pire de jeunes artisans qui étaient déjà copié au sein du salon sans qu’ils le sachent .On préparait ce nouveau commerce petit à petit l’oiseau fait son nid des imitations mais surtout casser les prix .

      répondre
    2. Houlà.

      La mentalité allemande c’est pragmatisme, travail, et discipline au service du pays.
      La France c’est chacun pour soit.
      Notre pays est aussi plombé depuis des décennies par la lutte droite gauche de politiciens incapables et juste intéressés par le poste.
      Cela divise le pays et n’aboutit qu’à de mauvais compromis ou à des décisions totalement utopiques et très néfastes à terme ( retraite à 60 ans , regroupement familial, 35 heures, AME sans limite ou presque ..).

      répondre
  9. Nelly

    ancienne élève du lycée Viviani on nous préparait à ce changement, on en parlait et pourtant il n’y avait que 3 chaines Mamouth , Prisunic et les magasins réunis le reste du petit commerce et de beaux champs de culture autour d’Epinal ; j’ai connu dans les années 75 , Epinal avec des commerces de tous genres , à l’époque dans nos cours on nous parlait de l’arrivée massive de grandes distributions et de ces zones commerciales ce système américain du nouveau, du tendance on a tellement réussit que la réputation du petit commerçant en a pris une clac ;qui petit à petit à couler de nombreux commerces partout , un tsunami et là avec internet on s’en prend encore une dose et là tout le monde s’en prend un coup ; c’est le moderniste il faut vivre avec sont temps c’était le beau slogan que l’on entendait déjà dans les années 70; mais ce que l’on a vu en premier c’est les emplois et l’argent et là on pleure les fermetures de commerces dans les centres mais ce n’est pas arrivé d’un coup allez un samedi vers les zones commerciales et là vous voyez les clients ; on a subit notre aveuglement et on aura du mal de faire marche arrière avec en plus le net et la grande distribution touchées elles aussi qui ne fera aucune pitié dans ce monde de requin pour récupérer des clients ;mais nul n’a dominé le monde ; j’ai travaillé 33 ans dans le commerce ,j’ai vu cette évolution et comment on a procédé, au départ de jeunes étudiants lâchés dans les villes villages pour questionner , ensuite des grossistes avec des tarifs différents comment voulez vous luter face à Goliath, , puis le rachat de grossistes par ces grandes surfaces ensuite les maires de communes attirés par l’appel des sirènes , et en ajoutant les avantages de tous genres , et pour finir le matraquage des charges ,taxes divers ….. pour ne rien arranger le toujours payer payer payer pour ne laisser guère de bénéfice pour avancer et s’en sortir ; le commerce est devenu un monde sans pitié mais à la base on n’a pas réfléchi aux conséquences à long terme ; on y est et on cherche une solution mais ce ne sera pas facile le pli est pris .J’adorais mon travail , je ne comptais pas mes heures mais pas de bol ; mais on n’a guère soutenu les sos de commerçants qui avaient du mal pour en arriver à des liquidations ou des non reprises dommage .Toutes ces années vous en aviez un paquet des commerces partout mais on n’a pas vu plus loin .

    répondre
  10. Femme de ménage

    Et les commerçants à l’ancienne qui se trompaient volontairement en rendant la monnaie, ne donnaient pas de tickets de caisse, étaient super désagréables car avaient monopole… Oui c’était ça aussi le commerce. C’est pour ça que la concurrence a fonctionné.
    Le e-commerce c’est pratique et il n’y pas que des boites usa y a plein de petites boutiques françaises.

    répondre
    1. lulu

      merci pour ce détail Femme de ménage mais des erreurs on en a tous connus même en 2019 mais ça reste pour soit .Les arnaques de tous genres sur le net ça reste secret à chacun son époque à chacun ses erreurs , ses avantages et inconvénients .Très difficile de récupérer ce qui est perdu.

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.