Search
jeudi 23 sept 2021
  • :
  • :

Pas d’administrateur judiciaire pour gérer l’Imagerie d’Epinal !

image_pdfimage_print
Me Sylvie Leuvrey du cabinet Welzer et Hervé De Buyer

Me Sylvie Leuvrey du cabinet Welzer et Hervé De Buyer

Le tribunal de commerce d’Epinal a rendu son verdict concernant la demande d’Hervé De Buyer de désignation d’un administrateur judiciaire pour gérer l’Imagerie d’Epinal. Le tribunal de commerce a débouté la demande d’Hervé De Buyer. Celui-ci a décidé de faire appel à Nancy.

Ce jeudi matin, l’ancien patron de l’usine d’ustensiles de cuisines, Hervé de Buyer se dit déçu. Accompagné de son avocate, Me Sylvie Leuvrey du cabinet Welzer, il vient de découvrir la décision du tribunal de commerce d’Epinal. Le tribunal a examiné la situation de l’Imagerie d’Epinal. Hervé De Buyer, l’un des actionnaires de l’Imagerie d’Epinal avait demandé la nomination d’un mandataire judiciaire pour gérer provisoirement les comptes de l’Imagerie. Une demande qui a été déboutée par le tribunal de commerce d’Epinal.

Hervé De Buyer avait accepté d’investir 900 000 euros dans l’Imagerie pour permettre son développement. Pour Me Sylvie Leuvrey, son avocate, « L’Imagerie est en danger. Le SRPJ de Nancy a été saisi pour des faits d’abus de biens sociaux, il y a différents indicateurs qui justifient de désigner un administrateur judiciaire».

Des pertes colossales

La police judiciaire de Nancy a été saisie. Elle doit enquêter sur la gestion de l’Imagerie d’Epinal par Christine Lorimy et Pacôme Vexlard propriétaires de l’Imagerie depuis 2014. Hervé de Buyer a décidé de faire appel de cette décision. L’Imagerie d’Epinal accuse des pertes colossales avec une dette cumulée d’1,2 millions d’euros.

Autre problématique, celle du patrimoine. « On ne sait pas ce que sont devenues certaines lithographies » explique Hervé de Buyer. L’Imagerie d’Epinal possède plus de 9000 lithographies qui valent entre 5000 et 30 000 euros pièce.

« C’est comme si des pompiers refusaient d’éteindre un feu pour des raisons personnelles » commente l’ancien patron de l’usine d’ustensiles de cuisines.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.