Search
samedi 20 juil 2019
  • :
  • :

Le Grand Est prépare l’avenir des vosges

image_pdfimage_print

vosges-400x255

La Commission permanente du Conseil Régional du Grand Est s’est réunie le vendredi 14 juin 2019. L’ordre du jour de cette Commission comprenait près de 150 dossiers pour le département des Vosges et un montant global d’aides attribuées de près de 3,5 millions d’euros.

L’action de la Région Grand Est se décline autour de 4 grandes thématiques (Développement et Valorisation des Potentiels/Transports et Mobilités/Attractivité/Cohésion des Territoires et Proximité) et accompagne aussi bien des projets d’envergure que des projets du quotidien.

Voici quelques dossiers emblématiques accompagnés par la Région : Soutien aux lycées, dispositif Bourgs Centre, méthanisation…

Les élus réunis en Séance plénière ce jeudi 20 juin 2019 ont décidé d’investir 12 millions d’euros en faveur de la ligne TER Ligne Epinal-Saint-Dié-de-Vosges afin d’aboutir à sa réouverture en 2022. Cette Séance plénière a également été marquée par l’adoption du Pacte de destination touristique des Vosges.

Déjà 9 lycées vosgiens en 4.0 ! La révolution numérique est en marche

Avec l’arrivée des beaux jours et le début des épreuves du baccalauréat, les vacances d’été sont dans toutes les têtes. A la Région Grand Est, c’est à la rentrée que nous pensons en investissant pour améliorer le quotidien des lycéens, des agents territoriaux et des professeurs. Le volet investissement voté lors de la commission permanente représente 419 000 € et le volet accompagnement social (aide au 1er équipement/Fonds social) 280 000€. La région attache une grande importance au bien-être des agents des lycées c’est pourquoi elle conduit de nombreux travaux tout au long de l’année afin d’améliorer les conditions de travail. La rentrée prochaine sera marquée par le passage de l’ensemble des lycées au 4.0 pour les élèves de seconde représentant un investissement de plus de 24 millions d’euros ainsi que par la mise à disposition de 100 000 ordinateurs gratuitement pour les lycéens.

Dans les Vosges, 9 lycées ont déjà effectués la transition au 4.0 et à la rentrée prochaine l’ensemble des lycées du territoire auront entamé le processus de transition vers le numérique.

Le passage de l’ensemble des lycées en 4.0 doit permettre de transformer les usages du numérique mais aussi faire de la Région Grand Est, la première région connectée de France. De plus, La mise à disposition gratuite du matériel informatique pour tous les lycées est de nature à garantir l’équité à tous les élèves mais surtout d’offrir à chacun les mêmes chances de réussite. La Région Grand Est a fait de la jeunesse sa priorité et mobilise près de 600 millions d’euros par an.

L’attractivité des centres villes

La Région Grand Est compte près de 4 700 communes rurales comptant 2,8 millions d’habitants. La composante rurale de la région est donc très forte avec une armature urbaine qui comprend de nombreux bourgs exerçant des fonctions de centralité dans les zones peu denses. Les bourgs centres ont une importance capitale, car ils abritent les services publics ainsi que les services du quotidien (supérette/boulangerie/…). Ils sont également le premier niveau de maillage territorial et participent à la structuration du territoire. Confrontés depuis plusieurs années à la montée en puissance des grands centres urbains et des zones commerciales, la revitalisation des bourgs centres s’avère aujourd’hui être une nécessité. Citoyens et commerçants doivent se réapproprier ces cœurs de ville, pour leur rendre leur dynamisme.

En concertation avec l’ensemble des élus locaux, le département des Vosges et l’Etat, la Région mène une politique ambitieuse en faveur des bourgs centres et de leur attractivité. D’ici 10 ans, ce ne sont pas moins de 22 bourgs centres du département qui auront été accompagnés et 5 d’entre eux ont déjà été sélectionnés dans le cadre du 1er appel à projet. Les villes de Xertigny, Rambervillers, Raon-l’Etape, Darney et Bruyères participent à cette première vague. Une politique ambitieuse au service de la ruralité. Lors de cette Commission permanente, la commune de Rambervillers a reçu le soutien de la Région.

Des travaux de rénovation visant la réouverture de la ligne Epinal – Saint-Dié-des-Vosges

Enjeu économique et social, les mobilités sont au cœur des préoccupations des français. Depuis 2016 la région se bat pour maintenir ouvertes ses lignes de proximité. C’est un combat quotidien qui est mené conjointement avec la SNCF, l’Etat et l’ensemble des acteurs locaux pour maintenir en activité ces petites lignes essentielles à l’attractivité et au maillage de notre territoire. L’offre de transport et la mobilité de nos concitoyens sont des enjeux qui ne peuvent pas se limiter à la simple question de la rentabilité financière ou du financement. Il faut prendre en considération l’impact global de l’offre de transport pour un territoire.

Que ce soit en matière de développement économique, de créations d’emplois, d’aménagement du territoire, d’accès à la culture, d’inter-connectivité des territoires, l’impact d’une ligne TER peut être décisif pour nos concitoyens. Afin de revitaliser les lignes TER abandonnées par la SNCF et l’Etat, la Région a décidé de prendre les choses en main. Investissement et ouverture à la concurrence, deux solutions pour les lignes du quotidien ! Pour la ligne Epinal – Saint-Dié-des-Vosges la Région va investir 12,6 millions d’euros sur un budget de 21 millions d’euros pour assurer les travaux nécessaires à sa réouverture d’ici 2022 et ainsi améliorer l’offre de transport sur l’Est des Vosges.

Méthanisation : ça gaze chez les agriculteurs

Le secteur agricole évolue depuis de nombreuses années dans un marché sous tension, générant une forte instabilité de revenus pour les agriculteurs. La création d’unité de méthanisation constitue pour les agriculteurs une nouvelle source de revenus stable dans le temps. Au niveau régional, la méthanisation est une filière dynamique comptabilisant 95 unités en fonctionnement, dont 13 en injection et 67 projets sont identifiés. La mise en place de la charte pour le développement de la méthanisation est de nature à renforcer le dynamisme de cette filière. L’ambition est de mobiliser autour de cette charte l’ensemble des acteurs afin de construire une filière pérenne, compétitive et structurée. Le développement de cette source d’énergie permet à la région de proposer à nos concitoyens des solutions dans leur vie quotidienne au plus près de leur besoin, mais aussi d’afficher de grandes ambitions en matière de transition énergétique.

L’objectif est de multiplier par 3 la production d’énergie renouvelable régionale les 30 prochaines années avec l’ambition de devenir en 2050 une région à énergie positive et bas carbone. Lors de cette commission permanente, ce sont 5 projets qui ont été accompagnés pour 1,2 millions d’euros. Un investissement à la hauteur des ambitions de la Région Grand Est pour cette filière !




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.