Search
jeudi 21 nov 2019
  • :
  • :

Chambre des métiers : « je suis inquiet, le contexte se dégrade avec les incidences à venir de la loi PACTE »

image_pdfimage_print

chambre-des-metiers-artisanat-vosges

« Dans un contexte financier et réglementaire de plus en plus contraint, nos comptes restent globalement déficitaires, malgré la dynamique de nos actions, notamment en matière de formation modulaire et diplômante, et malgré une maîtrise significative des charges de la Chambre de Métiers et de l’Artisanat des Vosges. Et je suis inquiet car ce contexte se dégrade encore avec les incidences à venir de la loi PACTE et de la Loi « Pour la liberté de choisir son avenir professionnel ». » explique le président de la Chambre des métiers et de l’artisanat des Vosges, Christophe Richard.

L’Artisanat Vosgien, ce sont 9378 entreprises artisanales inscrites au Répertoire des Métiers le 1er janvier 2019, soit 4,4 % de plus en 1 an.

Suppression du Stage de Préparation à l’Installation

Il est revenu sur la fragilisation des futures entreprises artisanales. En effet, depuis le 24 mai 2019, le caractère obligatoire du Stage de Préparation à l’Installation, plus communément appelé « SPI » a été supprimé.

« Cette disposition va priver nombre de futurs créateurs-repreneurs, notamment ceux qui en ont le plus besoin, d’une formation essentielle et nécessaire en matière de gestion, de comptabilité, de commercialisation leur permettant de s’installer en toute sérénité, grâce à la maîtrise de ce 2ème métier qu’exerce tout artisan : celui de chef d’entreprise. » assure Christophe Richard.

Selon lui, l’argument du coût de ce stage pour justifier la suppression de son caractère obligatoire n’est pas acceptable puisque 80% des 723 stagiaires qui ont suivi le SPI en 2018 à la CMA88, ont vu le coût de leur stage pris en charge par les employeurs au titre du CPF ou par d’autres structures comme Pôle Emploi. « Cette mesure, au-delà de son impact financier pour notre Compagnie, va fragiliser les futures installations artisanales et la sécurisation des consommateurs. » note-t-il.

Financement du CFA en 2019

La loi « choisir son avenir professionnel » a profondément modifié le financement des dispositifs de formation et notamment le financement des contrats d’apprentissage. En lieu et place des Régions, depuis le 1er janvier 2019, ce sont les OPCO (opérateurs de compétences) qui se chargent du financement de l’apprentissage.

Les coûts apprentis seront garantis par les OPCO pour les nouveaux contrats signés à compter du 1er janvier 2020, ce qui n’est pas le cas des contrats d’apprentissage signés en 2019 qui feront l’objet d’une prise en charge partielle inférieure de 10 % au coût apprenti précédemment versé par la Région. « si ce principe se confirme, l’équilibre financier du CFA Pôle des Métiers s’en trouvera impacté dès 2019, et cela pour plusieurs années. » explique le président de la CMA88.

C.K.N.

photo Google maps




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.