Search
vendredi 19 avr 2019
  • :
  • :

Capavenir Vosges – Décade Baroque : une saison de niveau international

image_pdfimage_print

Sans titreL’association Vosges Baroque a été créée au printemps dernier et a organisé son premier concert en juin 2018 à la Rotonde de Thaon-les-Vosges. Aujourd’hui, la billetterie de la Décade Baroque qui se déroulera du 1er au 10 juillet prochains est ouverte. 

La programmation associe les plus grands artistes internationaux du répertoire, en particulier ceux qui partagent ce qui est la valeur cardinale du projet : mettre la musique en partage. Vosges Baroque lance sa  première « Décade Baroque » du 1er juillet au 10 juillet 2019.

Au programme:

Trois concerts prestigieux dans la magnifique salle de la Rotonde à Thaon les Vosges:
1er juillet 20h30 :Philippe Jaroussky – Ensemble Artaserse
Ombra mai fu – Francesco Cavalli
9 juillet 20h30 : Jean-Christophe Spinosi – Ensemble Matheus 
Choeur Mélismes – Choeur Matheus
La bataille des anges – Antonio Vivaldi
10 juillet 20h30 : Jordi Savall – Hespèrion XXI

Joie et mélancolie – John Dowland

Philippe Jaroussky – Artaserse Ombra mai fu – Francesco Cavalli Le contre-ténor Philippe Jaroussky a conquis une place prédominante dans le paysage musical international. Le chant s’élève et vous tendez l’oreille, ébloui, incrédule, confondu par tant de lumière, de naturel et de grâce. Philippe Jaroussky chante comme il respire : depuis toujours, sans se poser de questions, avec une aisance et une simplicité désarmantes. Avec une maîtrise technique qui lui permet les nuances les plus audacieuses et les pyrotechnies les plus périlleuses, Philippe Jaroussky a investi un répertoire extrêmement large dans le domaine baroque, des raffinements du Seicento italien avec des compositeurs tels que Monteverdi, Sances ou Rossi jusqu’à la virtuosité étourdissante des Haendel ou autres Vivaldi, ce dernier étant sans doute le compositeur qu’il a le plus fréquemment servi ces dernières années. Défricheur de partitions infatigable, il a brillamment contribué à mettre en lumière la musique de compositeurs tels que Caldara, Porpora, Steffani, Telemann ou Johann Christian Bach et aujourd’hui Cavalli.
Le véritable « revival » que connaît, ces dernières années, l’œuvre de Francesco Cavalli (1602-1676) ne fait que réparer une immense injustice : le plus grand des disciples de Claudio Monteverdi occupa, de son vivant, une place essentielle dans le monde musical. Puisant dans les plus grands chefs-d’œuvre de Cavalli, alternant grandes pages déclamatoires et lignes mélodiques sensuelles, Philippe Jaroussky ressuscite un monde passionnant et nous offre un éventail de fantaisie, d’humour et d’émotion. Nul ne sait mieux que lui rendre justice aux mille et uns raffinements d’un compositeur incomparable. Autour de lui, les virtuoses de son ensemble Artaserse sont au diapason de leur chef et soliste, scintillant de couleurs infinies et palpitant de rythmes irrésistibles.
Sortie du CD mars 2019, Warner Music

Ensemble Matheus, direction Jean-Christophe Spinosi Chœur Mélismes – Chœur Matheus La bataille des anges – Antonio Vivaldi

Faut-il présenter l’Ensemble Matheus ? La formation brestoise, sous la direction de Jean-Christophe Spinosi, a su s’imposer comme l’une des formations les plus reconnues du monde musical grâce à sa démarche artistique audacieuse et ouverte à tous. Un parcours de vingt années lie l’ensemble à nos équipes, un chemin semé de musique et de découvertes s’est ouvert et développé lors de chaque printemps jusqu’à la célébration de la naissance de Vosges Baroque en 2018. Après avoir inauguré Vosges Baroque, Matheus revient avec un programme innovant qui porte la musique de Vivaldi de la plus belle manière. Le chef Spinosi a concocté ce programme unique à double choeur en s’accompagnant d’un côté, du choeur Mélismes et de l’autre, du choeur … Matheus, dernier né de la famille Matheus, qui vient s’ajouter à l’orchestre et qui recevra sans aucun doute le même accueil chaleureux et enthousiaste du public! Quand le prêtre Antonio Vivaldi fait se confronter les anges pour célébrer la gloire de Dieu, il organise la première bataille vocale baroque. C’est ainsi que les trois chefs-d’oeuvre « Dixit Dominus », « Beatus Vir » et « Lauda Jerusalem », oeuvres monumentales, feront s’opposer deux choeurs distincts qui rivaliseront de beauté. Dans son désir d’ouverture et de recherche constante, Jean-Christophe Spinosi confirme sa volonté de développer des expériences musicales inédites, afin de rendre la musique toujours plus vivante et plus universelle. Un « retour vers le futur » nous attend.

Jordi Savall, direction – HESPÈRION XXI Rolf Lislevand, luth J. Savall, Ph. Pierlot, S. Casademunt, J. M. Quintana, L. Duftschmid – Consort de violes

Joie et mélancolie – John Dowland

Jordi Savall est un cas exceptionnel dans le paysage musical actuel. Depuis plus de cinquante ans, il fait connaître au monde des merveilles musicales laissées à l’obscurité, l’indifférence et l’oubli. Ses activités de concertiste, de pédagogue, de chercheur et de créateur de nouveaux projets, tant musicaux que culturels, le situent parmi les principaux acteurs du phénomène de revalorisation de la musique historique. «…. Bien que le titre soit prometteur de larmes, conviées indésirables en ces temps réjouis, nul doute cependant que ne plaisent celles versées par la Musique, et que larmes ne naissent toujours dans la peine, mais parfois dans la joie et le bonheur».
John Dowland dans l’imaginaire européen de son temps et d’aujourd’hui, demeure cet Orpheus Anglorum aux pouvoirs quasi-divins, qui inspira plus de commentaires et d’éloges que la plupart des meilleurs musiciens de sa génération. Ce programme de consort pensé par Jordi Savall illustre de façon exceptionnelle le génie emblématique de John Dowland dans ses «Lachrimae or Seaven Teares», composées à une période par ailleurs florissante. Roger Tellart écrivait à propos de ce programme qu’il était un joyau parmi les joyaux. Mais Dowland qui se définissait comme « Semper Dowland, semper dolens » (Toujours Dowland, toujours souffrant) car immergé dans une mélancolie fondamentale, pouvait aussi exprimer la joie de la jeunesse et de la danse. Comme il était habituel à l’époque, dans ce programme le luth et les violes d’Hespèrion XXI, alternent les pavanes au caractère plaintif et méditatif, avec leurs correspondantes gaillardes aux rythmes plus incisifs et passionnés.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.