Search
mardi 19 fév 2019
  • :
  • :

Une vidéo choc d’un élevage de porcs dans les Vosges L’élevage porcin «Multipig SCEA» à Norroy dans le collimateur de l’association Direct Action Everywhere

image_pdfimage_print

Depuis vingt-quatre heures, circule sur le réseau social Facebook et sur YouTube, une vidéo alarmiste, tournée dans la nuit de vendredi à samedi, qui met en scène des images de «maltraitance» dans un élevage porcin à Norroy (à proximité de Vittel).

Un tournage d’une cinquante de secondes et mis en ligne par l’association Direct Action Everywhere – France, qui totalise déjà plus de 16 000 vues, près de 700 partages, des dizaines de commentaires de soutien. On peut y voir des porcs morts, des mort-nés ou des porcelets gisants dans des bacs poubelles, des bêtes blessés… Des images qui peuvent s’avérer choquantes pour les non initiés et qui ne plaident pas en faveur de cet éleveur.

Certes, il convient néanmoins de se méfier des images diffusées. «On suit de près tous les élevages intensifs, porcins et autres, et on a été prévenue par quelques riverains de cette commune, c’est pour cela que nous avons décidé de nous y rendre», précise l’une des deux vidéastes, et d’ajouter. «Lors de cette visite, on a constaté des cochons morts, blessés et mutilés à la queue et aux oreilles. On sait que les porcs se dévorent entre eux, c’est pour cela qu’on a vu des box où ils n’étaient que cinq, et d’autres où ils étaient une trentaine dans un espace réduit. Le pire c’était l’odeur, qui vous met des hauts de cœur d’emblée… On a également trouvé des médicaments en grande quantité, des anti-inflammatoires, des antibiotiques, des anti-pneumoniques… mais étrangement aucun antalgiques. On a vu aussi une tronçonneuse bien sale qui laisse présager de son utilisation… Notre combat, entre autre, c’est de dénoncer les conditions d’élevage et l’abolition spécisme», confiait Kim, la militante.

«Nous avons pu y voir des êtres morts parmi les vivants, des conditions de « Vie » cauchemardesques avec une odeur pestilentielle à nous en faire vomir. Nous y avons également découvert des cadavres d’individus adultes ainsi que de jeunes ou nouveaux nés encore avec le placenta. Notre association a pour but de montrer les conditions d’exploitation et d’élevage, et d’amener les gens à réfléchir sur le fait qu’il n’est, à l’heure d’aujourd’hui, plus nécessaire d’engendrer de telles souffrances pour pouvoir se nourrir. Que les animaux sont des êtres sensibles et non pas des ressources ou du matériel à notre disposition. Notre but n’est pas de dénoncer un élevage en particulier, mais bien le système mis en place», complétait Clarisse, la seconde vidéaste.

« Rien de choquant »

Renseignements pris auprès des services vétérinaires, qui dépendent de la direction départementale de la cohésion sociale et de la protection des populations (régulier et DDCSPP), et de son directeur Michel Pottiez, qui était vétérinaire de son état «Il n’y a rien de choquant. C’est un élevage sérieux que je connais très bien qui compte environs 500 truies et un total de 5 000 bêtes approximativement, qui fait l’objet d’un suivi très strict au niveau environnemental et sanitaire, avec qui nous avons des contacts fréquent et des inspections programmées et inopinées. Il n’y a aucune négligence à signaler car c’est une activité de reproduction et d’engraissement avec des procédures strictes et respectueuses, dont la mortalité est acceptable. C’est un élevage bio sécurisé avec un vétérinaire référent. Ce que l’on voit dans les bacs, ce sont les mort-nés qui y sont stockés et qui sont ramassés toutes les semaines par un service d’équarrissage. De plus, quand on voit les porcs un peu affalés, c’est parce la vidéo est tournée de nuit et qu’avec l’éclairage, les bêtes sont curieuses mais encore endormies. Quant aux blessures, c’est fréquent car avec la quantité de porc, certaines bêtes peuvent développer des pathologies. Encore une fois rien de choquant, tout est fait dans le respect sinon nous serions déjà intervenus. Le danger est plutôt venu des personnes qui se sont introduits dans les bâtiments sans aucune protection, qui ont manipulé et ont pu introduire des éléments néfastes. D’autant qu’avec la peste porcine qui est transmissible à l’homme, les normes de sécurité sont plus drastiques…», informait Michel Pottiez.

Plainte va être déposée

De son côté, l’éleveur Nicolas Marfort, qui n’était pas au courant, il a justement été prévenu par les services vétérinaires, et ne compte pas en rester là. «Déjà je vais porter plainte, car ils ont pénétré de nuit, par effraction je présume, mais surtout parce qu’il y a une mise en danger par le fait qu’ils n’ont pris aucune mesure de protection sanitaire et qu’ils ont pu infecter les lieux. Mon métier, c’est de vendre principalement de la reproduction et de la génétique. Nous avons vingt-quatre naissances par semaine et dans le lot, il y a forcément des mort-nés qui sont entreposés dans un bac spécial avec le placenta. Et toutes les semaines, il y a un équarisseur qui passe ramasser les bacs. C’est un service de l’état qui s’occupe de cela et qui est gratuit. Notre exploitation a une capacité de 8 300 bêtes mais nous n’en avons que 5 000, et nous ne vendons pas directement. Nous travaillons dans les règles. Ce genre de mauvaise publicité et infondée, peut avoir de graves conséquences sur notre métier», s’explique Nicolas Marfort, en toute de bonne foi.

Alain Buffe




4 réactions sur “Une vidéo choc d’un élevage de porcs dans les Vosges

  1. BRUN Béatrice

    1)L’éleveur défend son beefsteak.

    2) Direct action everywhere aso, de protection animale défend les Animaux.
    C’est récurrent de voir dans les élevages de porcs, une détresse épouvantable des animaux destinés à la consommation humaine.

    répondre
    1. georgesmarché

      « l’éleveur défend son beefsteack ».

      Cela coule de source.
      C’est comme demander à un aveugle si il veut retrouver la vue ou à MONSANTO si ses produits sont nocifs à l’environnement…

      répondre
  2. marie helene

    une abomination, quelle honte!!!.
    aucun respect ds condition de vie de l animal!!

    Que de souffrances et toujours sous couvert ds services SANITAIRES veterinaires….he bien elle est belle la France!
    a vomir .

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.