Search
mercredi 21 août 2019
  • :
  • :

Les sapeurs-pompiers fêtent la Sainte-Barbe

image_pdfimage_print
(photographies Michel Conraud)

(photographies Michel Conraud)

Les sapeurs-pompiers célèbrent leur sainte patronne, la Sainte Barbe. L’occasion de faire le bilan sur l’activité de l’année.

Les sapeurs-pompiers des Vosges doivent faire face à une très forte augmentation de la sollicitation opérationnelle notamment due aux évènements météorologiques de cette année (tempête du mois de janvier et orages du mois de mai)
Le SDIS des Vosges compte 2804 sapeurs pompiers volontaires (95 % du corps départemental, le plus fort taux de SPV par habitant de France), 139 sapeurs-pompiers professionnels, 83 personnels administratifs et techniques, 402 jeunes sapeurs-pompiers (de 13/14 ans à 16 ans).

1045 anciens sapeurs-pompiers

Chaque année, ce sont 100 Jeunes Sapeurs-Pompiers environs issus des différentes écoles du département qui sont recrutés comme sapeurs-pompiers volontaires, soit 40 % des incorporations. On compte 1045 anciens sapeurs-pompiers (à partir de 55 ans et obligatoirement au-delà de 65
ans).

 111 Centres d’Incendie et de secours

Le département comporte 111 Centres d’Incendie et de secours (le plus fort taux rapporté au nombre de communes).
Pour garantir ce maillage, entre 2006 et 2017, des travaux lourds de rénovation, d’extension ou de reconstruction ont été réalisés dans 47 centres pour plus de 28 millions € HT.

La contribution du Département est de 15 000 000 €. On note 2 subventions d’investissement de 150 000 euros : l’une pour la Politique bâtimentaire des centres d’incendie et de secours, l’autre pour la sécurisation du Site de la direction départementale. Les Contributions des communes sont de 10 830 693 €. Le coût par habitant est limité (70 €/an/habitant) pour un service public de secours gratuit, de proximité et continu (24h/24 et 365 jours par an).

Une plate-forme unique de réception des appels d’urgence 15-18-112

Le 12 juin dernier le Centre de Traitement et de Régulation des Appels des Vosges a été inauguré. Il s’agit d’une plate-forme unique de réception des appels d’urgence 15-18-112.
Après des années de réflexion et des mois de travaux, le CTRA est devenu une réalité pour une haute qualité du service public dans notre département.
Cette innovation permet pour tous ceux qui composent les appels d’urgence 15-18-112 de trouver dès le décroché une réponse optimale à leur détresse, un réponse commune, fluide et adaptée des sapeurs-pompiers et du SAMU.

Le SDIS a débuté le déploiement du nouveau réseau départemental d’alerte en septembre dernier 2018.
Le Conseil d’administration a décidé d’investir environ 1 500 000 euros pour que les sapeurs-pompiers puissent bénéficier d’un nouveau réseau d’alerte en remplaçant intégralement le système actuel de déclenchement des bips.
A l’issue de ce déploiement en octobre 2019, tous les sapeurs-pompiers vosgiens seront équipés de nouveaux bips qui seront « déclenchables » en tous points du département, faisant disparaître les contraintes actuelles de couverture des centres.

Lancement de la révision du schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR)

Ce document arrêté par le Préfet dresse l’inventaire des risques de toute nature pour la sécurité des personnes et des biens auxquels doivent faire face les services d’incendie et de secours dans le département, et détermine les objectifs de couverture de ces risques par ceux-ci. La révision du SDACR des Vosges a été initiée par le Conseil d’administration en octobre.

Feuille de Route 2019-2021

L’année 2018 aura été marquée par le travail des chefs de centre pour rédiger la « Feuille de route du Volontariat ». Cette feuille de route sera mise en oeuvre sur la période 2019-2021.

L’objectif général est de revenir et de tenir le nombre de 3 000 SPV afin que le contrat collectif opérationnel soit plus facilement tenable.
A cet effet, 20 actions sont proposées.
Il peut être cité en particulier la possibilité pour le sapeur-pompier volontaire d’être compétent seulement pour le secours à personne pour assouplir les contraintes qui pèsent sur le candidat et répondre à ses attentes.

En effet, l’obligation de la polyvalence, et par conséquent la durée globale de formation, peut être une dissuasion pour les potentielles recrues. Or, le secours à personne correspond notre mission principale (72 % de nos interventions). De plus, une fois engagé(e)s, les intéressé(e)s peuvent finir par ne plus redouter les autres formations comme l’incendie ou les opérations diverses en y accédant progressivement s’ils ou elles le souhaitent. Une autre action facilitera l’accès à la formation de proximité. Il s’agira tout d’abord d’organiser davantage de formations déconcentrées dans les casernes. Ensuite, seules les compétences devant être détenues pour armer les engins de son centre seront obligatoires dans le parcours de formation.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.