Search
mercredi 21 août 2019
  • :
  • :

Gilets jaunes – Un coup dur pour les commerçants de Bruyères

image_pdfimage_print

Gilets_Jaunes_Samedi_24112018-5Les blocages des « gilets jaunes » ont fait baisser les ventes dans les commerces. A Bruyères, les commerçants n’en peuvent plus.

Depuis plusieurs semaines, les gilets jaunes manifestent à Bruyères comme dans toute la France, mettant en péril le chiffre d’affaires des commerces. Les commerçants tirent la sonnette d’alarme et manifestent leur ras-le-bol. Ils sont fortement impactés par les barrages mis en place par les gilets jaunes.

Depuis le début du mouvement, les commerçants ont vu leur chiffre d’affaires s’écrouler. Ils sont inquiets pour leur entreprise.

« Nous petits commerçants et artisans de proximité traversons une crise sans précédent qui pourrait être fatale pour certains d’entre nous si le mouvement perdure, si notre si mal aimé Président ne daigne pas nous accorder un peu de considération, si nous ne redressons pas la barre très vite… «  expliquent-ils.

Les commerçants de Bruyères souhaitent faire passer un message : « Que vous soyez retraités, salariés, fonctionnaires, agriculteurs, chômeurs, étudiants, gilets jaunes, … Nous vous comprenons, mais nous vous demandons de privilégier, autant que cela vous en est possible, vos commerçants de proximité pour vos achats de Noël et de bouder les multinationales du web qui ne payent pas d’impôts en France et qui ne contribuent pas à l’attractivité et à la dynamique de votre ville ! Les commerçants Bruyèrois sont accessibles et vous ne risquez rien en vous rendant à Bruyères. Le mouvement gilets jaunes est pacifiste ! Ne nous oubliez pas ! Nous aussi nous subissons les innombrables taxes et leurs augmentations, les charges sociales et fiscales, la TVA, l’augmentation des coûts de transports de nos fournisseurs, la CFE, nos revenus qui diminuent année après année… Nous sommes comme tous nos concitoyens à la différence que nous sommes sans filet…si demain on crève, on ne passera pas par la case chômage…nous n’aurons plus que nos yeux pour pleurer et plus qu’à vite traverser la rue pour trouver du travail… » 

C.K.N.

(photographie d’archives)




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.