Search
lundi 27 sept 2021
  • :
  • :

Les anti-Linky passent à l’action !

image_pdfimage_print

anti-linkyAprès 2 ans de sensibilisation et d’information de la population, l’association Stop-Linky 88 ( qui compte 400 membres et sympathisants ) passe à la vitesse supérieure dans son combat contre le compteur communiquant d’Enedis. Les avocats Catherine Faivre et Julien Fouray , qui se sont fait connaitre dans le contentieux de la maladie de Lyme, ont présenté leur stratégie juridique à une centaine de participants réunis la semaine dernière à la faculté de droit.

S’instituant défenseurs du droit de choisir, du respect de l’intimité de la vie privée et de la sauvegarde de la santé publique, l’association de défense pointe toujours les risques de la nouvelle technologie imposée par Enedis, dont les liens capitalistiques avec EDF et l’ État, lui permettent d’affirmer que son déploiement est inéluctable.

Le respect des droits fondamentaux

« La stratégie juridique choisie est très claire, même si nous ne pouvons tout développer ici. C’est une étape judiciaire qui va être franchie » affirmait dernièrement le binôme d’avocats expérimentés. « Nous ne nous plaçons pas sur le même plan que d’autres actions collectives en cours, gérées par des confrères parisiens. Notre option permet d’engager toute la chaine de responsabilités individuelles au pénal, de l’industriel qui impose le compteur jusqu’au maire ( la commune étant propriétaire du compteur et délègue la gestion à un syndicat qui lui même délègue à Enedis . On inverse la charge de la preuve. Un juge va instruire si Enedis peut véritablement affirmer qu’il y a innocuité de sa technologie. Les droits fondamentaux des citoyens seront ainsi garantis alors que les risques électromagnétiques sont réels. Tout particulièrement pour les enfants jusqu’à 12 ans que l’on doit protéger tant que leur barrière hématoencéphalique n’est pas constituée. Sans parler des personnes électrosensibles ou les porteuses d’appareil médical de régulation cardiaque qui doivent rechercher des zones blanches de plus en plus difficiles à obtenir » .

Un recours au pénal indispensable

« Le déploiement des compteurs Linky est une démarche industrielle d’une telle ampleur technique ou par le profit qu’elle est susceptible de générer qu’Enedis ne peut pas faire marche arrière, sauf si les dirigeants prennent un risque pénal et personnel » témoigne Dominique Humbert animateur de l’association de défense. « Ce déploiement forcé aura inévitablement des conséquences sur la santé publique, car pour le moment les nuisances du Courant Porteur en Ligne ( CPL) sont minorées avec l’utilisation de fréquences entre 75 à 150 K€. Avec le protocole G3 qui est prévu, les fréquences seront proches de 300 Mégahertz donc plus puissantes, sans parler du rayonnement des répéteurs et de l’intensité par le nombre d’émission que vont faire en continu tous les compteurs Linky en même temps. le CPL ne s’arrête pas au compteur, vous allez avoir toutes les émissions des compteurs de votre quartier dans votre installation électrique avec un impact au cumul qui n’a pas été mesuré en réalité. Et les installations intérieures ne peuvent être blindées ou protégées par les particuliers sans des travaux onéreux » . « S’il y a une faible probabilité d’impact sur la santé comme l’affirme la Cour des comptes » signale Maitre Fouray « ce n’est pas parce que le risque ne s’est pas réalisé qu’il n’existe pas. Regardez, puisqu’on est à Epinal, le cas des surirradiés de l’hôpital. Un risque technologique mal maitrisé et c’est au pénal que l’on se retrouve pour mesurer l’ampleur des dysfonctionnements » .

Une manière de faire répréhensible

« La manière de faire des prestataires, au forcing, outrepassant les droits des abonnés, jusqu’à les harceler sur leurs lieux de travail, en utilisant des données confidentielles, ce n’est pas acceptable. C’est une atteinte fondamentale aux droits des citoyens » complète l’avocat. « Et personne ne s’assure

que les installations électriques existantes peuvent supporter les nouveaux compteurs ou qu’il n’y a pas de risque pour les usagers à l’intérieur de leurs domiciles lors des coupures » .

Le refus d’argumenter en public d’Enedis

« L’entreprise Enedis a été systématiquement convié à nos réunions d’information» assure le bureau de Stop Linky 88. « L’exposition électromagnétique n’est pas sans conséquences mais ils ne sont jamais venus en débattre avec nous.». « La transition énergétique et l’environnement c’est un alibi, un écran de fumé. La motivation est lucrative et permet à l’opérateur de maitriser ses consommateurs et leurs informations. Enedis veut faire votre bonheur sans votre consentement ? C’est normal c’est bientôt Noël… 365 jours par an ! » ironise Dominique Humbert.

« Tout comme pour la Lyme action, la Link action sera introduite auprès du pôle santé publique de Paris » assure Maitre Faivre . « Il va falloir être pugnace » affirme en conclusion de la réunion Dominique Humbert.




Une réaction sur “Les anti-Linky passent à l’action !

  1. ABD

    le 29/11 un technicien du prestataire AP energie travaillant pour Enedis a enfoncé la porte de mon domicile au quartier la Vierge pour installer son linky… porte de 1200euro « défigurée » .. bravo bande de voyou mais quoi qu’ils font je ne les laisserai pas l’installer chez moi!!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.