Search
vendredi 23 août 2019
  • :
  • :

Hôpitaux d’Epinal et de Remiremont : des économies avant une possible fusion

image_pdfimage_print

hopital-epinalLe comité de pilotage des hôpitaux d’Epinal et de Remiremont s’est réuni ce vendredi à l’Agence régionale de santé d’Epinal. L’objectif : réduire les déficits des établissements. Le comité a évoqué les économies possibles ainsi qu’une éventuelle fusion.

Ce vendredi matin, les membres du comité de pilotage des hôpitaux d’Epinal et de Remiremont étaient attendus par des manifestants de la CFDT des Vosges. Le comité s’est réuni pour trouver des solutions pour réduire le déficit des hôpitaux. Le déficit de l’hôpital d’Epinal s’élève à 7,6 millions d’euros, celui de Remiremont est de 3,3 millions d’euros.

Ils ont acté plusieurs orientations qui vont dans ce sens. Parmi celles-ci, la constitution d’équipes médicales communes dans toutes les disciplines, une condition indispensable pour attirer de nouveaux médecins sur le territoire et garantir des conditions de travail plus favorables.

Autre point : la généralisation progressive de la médecine ambulatoire  afin d’atteindre globalement 70 % d’ambulatoire sur le territoire d’ici 2022, conformément aux orientations nationales.

Le comité opte aussi pour le maintien des activités chirurgicales dans les deux établissements. Une cible a été définie, concernant l’activité en chirurgie conventionnelle, c’est-à-dire avec au moins une nuit d’hospitalisation : spécialiser chacun des établissements sur certains segments d’activité (orthopédietraumatologie/Urologie/ORL pour Remiremont et digestif/ophtalmologie sur Epinal). Les professionnels de l’équipe de territoire devront définir d’ici au mois de mars 2019 les modalités pour atteindre la cible ainsi que le calendrier. Les deux établissements proposeront toutes ces spécialités dans le cadre de l’activité ambulatoire.

Un plan de performance sera rédigé et présenté au comité de pilotage à la rentrée.

C.K.N.




3 réactions sur “Hôpitaux d’Epinal et de Remiremont : des économies avant une possible fusion

  1. Claude NOEL

    C’est très simple :
    Il suffit d’avoir la bonne maladie selon l’endroit où on habite, et de mourir sur la route dans les autres cas.

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.