Search
mardi 26 jan 2021
  • :
  • :

Le Sillon Lorrain travaille sur la mobilité nord-sud

image_pdfimage_print

P1790009Le conseil syndical du Sillon Lorrain s’est réuni jeudi matin à la mairie d’Epinal. Parmi les sujets abordés : la mobilité nord-sud, l’aménagement des territoires, mais aussi les bibliothèques numériques.

Le Sillon Lorrain, issu de la collaboration des agglomérations de Thionville, Epinal, Metz et de la Métropole du Grand Nancy développe différentes actions : l’identité et la défense des intérêts métropolitains et transfrontaliers, des politiques publiques (LornTech, labellisation French Tech), des projets partagés comme la bibliothèque numérique de référence et les financements européens.

Ce jeudi matin, les élus se sont retrouvés à Epinal pour travailler sur l’aménagement du territoire et la mobilité nord-sud. Le Sillon Lorrain veut s’ouvrir vers le sud et faciliter les liaisons, notamment avec la continuité de la ligne Epinal-Belfort jusqu’au TGV Rhin-Rhône. Les dessertes TGV sont essentielles pour le développement des territoires. Les élus veulent se battre pour obtenir cette liaison.

Les élus sont aussi revenus sur les problématiques liées aux frontaliers qui vont travailler au Luxembourg. Ils sont de plus en plus nombreux à partir travailler au Luxembourg qui offre des salaires plus importants. Le Sillon veut stopper cette progression inquiétante.

C.K.N.




4 réactions sur “Le Sillon Lorrain travaille sur la mobilité nord-sud

  1. Gilbert Schloesser'

    L’idée est intéressante, mais quid des dessertes des vallées vosgiennes?
    Comment se rendre en train de Remiremont à Colmar?
    Le massif vosgien serait il à jamais infranchissable par le rail?

    répondre
    1. JMV

      Il existe deux liaisons massif des Vosges / plaine d’Alsace avec les lignes St Die / Schirmeck / Strasbourg et Epinal / Belfort .
      Pour la première, la seule remise en état de la portion coté Vosgien devrait couter, essentiellement supporté par la région EST , 23 millions d’euros.
      Cette ligne, importante pour désenclaver le massif vosgien coté Nord Est , est néanmoins d’un cout très élevé pour le contribuable en regard du nombre de passagers transportés.
      La deuxième ligne, Epinal Belfort, est actuellement sur la sellette pour les mêmes raisons .
      La création d’une nouvelle ligne Remiremont / Colmar reste donc totalement dans le domaine de l’utopie.

      répondre
  2. ED

    Les Vosges sont condamnées à se dépeupler, la désindustrialisation a fait son œuvre. Les emplois qui restent sont payés une misère. Il faut une politique plus agressive pour que des entreprises de tailles correctes s’installent.
    Quant au soi-disant problème des frontaliers vous n’avez qu’a exiger des salaires décents et arrêtez de nous pomper notre fric avec vos impôts et taxes diverses.

    répondre
    1. JMV

      On peut sourire ou pleurer de lire que des élus français, absolument incapables de réduire le chômage endémique qui mine notre region , souhaitent circonscrire le nombre de travailleurs frontaliers.
      Les entreprises françaises seraient t’elles en panne de smicards ?

      répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.