Search
mardi 12 nov 2019
  • :
  • :

Vosges – Une première dans le Grand Est : un drone déroule le câble de garde d’une ligne à haute tension

image_pdfimage_print

11-Drone-en-l-airBien plus qu’une simple démonstration, c’est une véritable application de grande maîtrise qui s’est déroulée ce jeudi après-midi sur la commune de Saint-Nabord, précisément rue des Provinces, au-dessus de laquelle passe la ligne haute tension Plombières-Remiremont, une ligne alimentée en 63.000 volts et actuellement interrompue pour les besoins des ouvrages en cours.

Dans un but d’améliorer la sécurité d’alimentation électrique et de protéger dans un même temps les habitations et installations limitrophes, RTE (Réseau de Transport d’Electricité) réalise actuellement la pose d’un câble de garde au-dessus de la ligne concernée et ce, sur une longueur de 2 km. Une exécution qui se fait en partenariat avec Engie et qui a donné lieu, ce jeudi, à une première expérimentation dans la région Grand-Est, puisque c’est bien un drone qui a exécuté sa mission, sur la distance d’une portée entre deux pylônes.

L’opération ainsi menée impliquait « une parfaite coordination et le strict respect des règles imposées par l’aviation civile », explique d’emblée Geoffroy LEVY, ingénieur chez Engie et qui a travaillé à la mise au point du drone et des matériels annexes. Cette expérimentation unique constituait la 3ème du genre exécutée au niveau national. « Elle permet d’éviter de nombreuses contraintes, notamment d’utiliser des matériels au sol dans des zones parfois difficiles » souligne Elisabeth Bertin, déléguée Grand Est chez RTE. De son côté, Younès Rochdi, chef de projet RTE à Nancy, précise « que l’utilisation d’un drone constitue désormais la solution idéalement adaptée pour les visites de lignes, tout comme pour la prise de photographies ».

Pour revenir à l’expérimentation menée ce jeudi à Saint-Nabord, il est intéressant de préciser que le déroulage par drone demeure particulièrement adapté dans une zone où l’habitat est assez conséquent : moindre perturbation occasionnée auprès des riverains et pas de gêne au niveau des infrastructures routières ou autres.

L’opération en cours concerne 8 pylônes sur la longueur concernée, soit 2 km. Philippe Gache, conducteur de travaux chez Engie a souligné pour sa part le gain de temps procuré par l’utilisation d’un drone sur un tel chantier : « quinze minutes suffisent pour un aller retour entre deux pylônes alors qu’une telle portée nécessiterait 2 à 3 h avec des moyens humains ».

A noter qu’une fois installé sur toute la longueur concernée, le câble de garde, outre la sécurité des tiers à proximité de la ligne, permettra en cas d’amorçage ou d’impact de foudre, de récupérer la charge électrique tout en la répartissant sur la ligne concernée. Ainsi, la charge résiduelle sur chaque pylône restera très faible.

Une fois mis en place sur les 2 km prévus, le câble représentera une charge globale de 550 kg. Les ouvrages doivent se terminer le 27 octobre. Ils traduiront un investissement de l’ordre de 650.000 €.

Denis Philippe.

Photographies : Jean-Claude Olczyk.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.