Search
dimanche 25 oct 2020
  • :
  • :

Une pétition pour le retour de la région Lorraine

image_pdfimage_print

blason-lorraine1Le groupe BLE Lorraine (Blogueurs Lorrains Engagés) et le collectif La Lorraine ne doit pas disparaître, ont lancé jeudi 18 octobre, une pétition intitulée « Rendez-vous la Lorraine ».

La pétition s’adresse à l’ensemble des sénateurs et députés lorrains, ainsi qu’aux quatre présidents des Conseil départementaux lorrains. Elle fait suite au dépôt de proposition de loi des sénateurs Jean-Louis Masson et Christine Herzog visant à organiser un référendum pour revenir à la Région Lorraine et créer un Conseil Unique de Lorraine par la fusion des quatre départements lorrains.

En l’espace de 24 heures, cette pétition a déjà recueilli près de 300 signatures. Parmi les signataires, on retrouve notamment les sénateurs Masson et Herzog, qui soutiennent officiellement et publiquement cette initiative, ainsi que d’autres personnalités politiques de Lorraine, à l’image du Président du Parti Lorrain, Thomas Riboulet, mais aussi des représentants de la société civile et des citoyens.

« Le Grand Est a été imposé à la Lorraine sans concertation ni consultation de ses élus et encore moins de ses habitants. D’une superficie de 23 547 km2, la Lorraine fait les trois quarts de la Belgique et est plus grande que plusieurs Länder allemands comme la Sarre, Brême, Hambourg ou encore la Rhénanie-Palatinat. La différence avec nos voisins fédérés (dans une république fédérale et non un système centralisé) ne réside donc pas dans la taille critique des territoires, mais bien dans l’attribution des compétences et du budget. Le Grand Est a ainsi un budget annuel comparable à celui de la seule Ville de Bâle (2-3 milliards d’euros) qui est très éloigné de celui d’un Land comme la Bavière qui culmine à plus de 60 milliards d’euros par an.  

Au-delà de l’aspect culturel et historique, la Lorraine apparaît comme le bon échelon administratif et territorial, celui proche des citoyens. En fusionnant ses quatre départements, dont les compétences ont été réduites principalement au champs d’action social, de véritables économies seraient réalisées. Un exemple parmi d’autres : il n’y aurait en effet plus qu’un seul Conseil Territorial et non plus quatre, soit quatre fois moins d’élus mais des élus représentatifs de chaque composante des territoires lorrains. Plus proche des habitants et plus économique, donc plus efficient, le retour d’une Région Lorraine est par conséquent souhaitable par la création d’un Conseil Unique comme le soutiennent les sénateurs Masson et Herzog. Cette pétition doit apporter du poids à toute initiative en ce sens.» expliquent les blogueurs du groupe BLE Lorraine.

Retrouvez la pétition ici : https://www.change.org/p/s%C3%A9nateurs-et-d%C3%A9put%C3%A9s-lorrains-rendez-nous-la-lorraine

C.K.N.




2 réactions sur “Une pétition pour le retour de la région Lorraine

  1. Gilbert Schloesser

    Le cadeau de Mr Valss, une réforme sans échange avec les populations, qui ne s’inscrit pas dans une réforme globale ou alors cachée…Comme si les citoyennes et les citoyens n’avaient pas leur mot à dire!
    Le découpage initial des régions, voulu pour la déconcentration des services de l’Etat bien avant la décentralisation Mittérand Defferre, s’est fait sur la base de l’addition de départements, initialement découpé quant à eux, à une époque où l’on se déplaçait à cheval…
    Les bassins de vie n’ont plus rien à voir de nos jours!
    Déjà dans le précédent découpage, il est permis de penser que la Champagne Ardenne relevait de l’accommodement des restes…
    Langres est sous influence de Dijon, Reims est excentré à la fois par rapport à la Marne et à la Champagne Ardennes, alors que son bassin de vie est largement sur l’Aisne….Le vignoble champenois en partie en Picardie avant est maintenant dans les Hauts de France…
    Un grand n’importe quoi qui ne pouvait que donner envie de revenir en arrière…et pourtant des synergies différentes sont possibles!

    répondre
  2. CLERIS Philippe rédaction Etoile de Normandie

    Il faudra réparer l’erreur de 2015: la fusion entre deux régions voisines ne pouvait fonctionner que pour la Normandie aujourd’hui heureuse de recouvrer son unité et sa personnalité. En revanche, ailleurs, c’est un massacre régional notamment avec ce néo-machin « Grand Est » qui ne ressemble à rien! Il faut revenir aux trois régions d’avant la réforme et garder le Grand Est non pas comme une région mais comme un espace de coopération interrégionale. Les Alsaciens ont mis un pied dans la porte: la CEA n’est que le prologue d’un divorce d’avec la région Grand Est, les Lorrains et les Champenois doivent faire la même chose!

    répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.