Search
mardi 28 sept 2021
  • :
  • :

Stéphane Viry : « Je vais monter au créneau sur la question des emplois aidés »

image_pdfimage_print
P1350185

Le député Spinalien Stéphane Viry a souhaité réunir les employeurs, maires de villes rurales et associations pour faire le point sur la situation.

En annonçant cet été la baisse de ces contrats, le gouvernement avait suscité de fortes protestations de la part des collectivités locales et des associations. Le député Spinalien Stéphane Viry a été interpellé par des employeurs mécontents face à la diminution des contrats aidés. Il a alors souhaité réunir ces employeurs, maires de villes rurales et associations pour faire le point sur la situation.

« Je vais monter au créneau sur la question des emplois aidés lors des prochains travaux parlementaires » prévient le député Stéphane Viry. Le gouvernement a en effet décidé de réduire drastiquement le nombre de contrats aidés. Grâce à ce type de contrats,  les associations et collectivités peuvent apporter un service supplémentaire qu’elles ne pourraient pas assumer.

« Une politique brutale et soudaine« 

Pour Stéphane Viry, c’est un coup porté à l’insertion professionnelle de chômeurs de longue durée et de jeunes en difficultés « Un emploi aidé, c’est un outil d’insertion ». Le député regrette aussi que cette décision ait été prise « sans aucune écoute des collectivités et sans aucune concertation. C’est une politique brutale et soudaine ».

« Maintenant qu’il sont créés, on veut les supprimer« 

Sans ces aides, certains structures peinent à fonctionner. La directrice du Renouveau est inquiète. Elle va perdre deux contrats aidés qui ne seront pas renouvelés.

Alain Pierre, le maire d’Uzemain déplore aussi cette décision. « Cela représente 200 heures de travail dans notre collectivité. On nous a poussés à créer des services pour multiplier les contrats aidés et maintenant qu’il sont créés, on veut les supprimer. » commente-t-il.

Un coup de rabot 

Pour le député Spinalien, ces contrats permettent un retour à l’emploi plus rapide. « L’inclusion est le pilier de notre République. Cela permet l’égalité des chances. Le contrat aidé est l’outil le plus performant face à cette inclusion. Le gouvernement a juste voulu faire un coup de rabot ».

Le premier Ministre, a annoncé, ce jeudi, que « 200 000 contrats aidés » seraient financés en 2018.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.