Search
mercredi 21 oct 2020
  • :
  • :

Athlétisme : Clémence Béretta, une étoile montante (vidéo) Ancienne licenciée de l'athlé Vosges, l'athlète est ambitieuse

image_pdfimage_print

Clémence Béretta Clémence béretta plein pied  Clémence Beretta BORDEAUX

Clémence Béretta vient de suivre un stage de préparation à la coupe d’Europe espoir mi-avril avec l’équipe de France au Portugal. Avec une envie décuplée de se montrer sur la scène internationale;

On connaît le papa, Pierre, président de l’AVEC (Athlé Vosges) dont le siège est basé à Remiremont mais on connaît moins sa fille Clémence. Pourtant, celle-ci est en train de se faire un prénom en enchainant les bons résultats depuis quelques mois. A 19 ans, la marcheuse athlétique est au CREPS de Nancy et concilie ses études à l’IUT technique de commercialisation à Charlemagne. « Je suis un programme aménagé pour les sportifs de haut niveau. Je prépare mon DUT en 3 ans et j’espère poursuivre en licence par la suite. La jeune vosgienne pratique l’athlétisme depuis ses 9 ans et la marche depuis ses 11 ans. Le spinalien Eddy Riva encadre Clémence au sein du Creps de Nancy qui possède d’excellentes infrastructures d’entrainement. Il m’apporte son expérience et je suis très heureuse de le cotoyer pour progresser. La sportive n’oublie pas d’où elle vient. J’au passé de superbes moments avec l’AVEC qui a des projets. En effet, c’était dans les cartons et le dossier est ficelé après quelques tergiversations entre Remiremont et Epinal. En 2018, le club principal du département devrait hériter d’un stade flambant neuf avec huit couloirs à la Colombière pour être en mesure d’accueillir des compétitions relevées comme les championnats de France.

Un palmarès à enrichir

Son palmarès s’est étoffé depuis cet hiver. La vosgienne a réalisé le record de France junior du 3000 mètres en 13’’07 en salle au CPO de Vittel. Je m’adjuge le titre de championne de France junior et quelques temps après, celui de vice-championne de France élite à Bordeaux derrière une référence et partenaire en bleu, Emilie Menuet, 13ème aux derniers JO de Rio. Clémence ne s’arrête pas là et a accentué son programme et marche en moyenne pendant plus de 15 heures par semaine. En stage, il faut compter entre 20 et 25h.

Clémence Béretta était mi-avril en stage au Portugal avec l’équipe de France ; Près de Porto, le cadre était sympa avec des parcours dans des pinèdes. Malheureusement, nous n’allons pas profiter de la mer mais on a beaucoup travaillé le foncier. C’est ma première sélection chez les grands. Mon objectif est de passer en dessous de 1h37, synonyme des minimas pour se qualifier pour les championnats d’Europe espoir. Si l’athlète Romarimontaine atteint ce chrono, les choses sérieuses commenceront et elle repartira sur des stages intenses.

Les JO de Tokyo en ligne de mire

Clémence a pu cotoyer un autre marcheur de renom, licencié à l’AVEC. Alors, est-ce que Emmanuel Lassalle, deux fois vice-champions du monde du Paris-Alsace, l’inspire ? Non, je reste dans ma discipline de prédilection, le 20km et je ne suis pas une adepte de grand fond. Il faut être un peu fou pour parcourir une telle distance et j’en suis incapable. En plus Manu va tenter de battre le record de France en parcourant 750 kilomètres autour d’une boucle d’un kilomètre et demi. Clémence préfère penser à l’hypothétique organisation de Paris 2024 mais aussi à Tokyo 2020 avec des rêves de médaille pleins la tête lors de ces jeux Olympiques qui sont l’aboutissement du travail consenti pendant quelques années en cas de qualification. On manque de médiatisation et de reconnaissance dans notre sport ». Tant de sacrifices pour un but ultime, c’est tout le mal qu’on lui souhaite.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.