Search
dimanche 22 sept 2019
  • :
  • :

Baisse de la nappe des Grès du Trias : la Commission Locale de l’Eau envisage plusieurs solutions

image_pdfimage_print
P1250042

Jean-François Fleck, le président de Vosges Nature Environnement, Christiane Lecoane, référente environnement pour l’UFC Que Choisir Vosges, et Bernard Schmitt, l’ASVPP – Oiseaux Nature

Le niveau de la nappe des Grès du Trias est en baisse depuis plusieurs années. Le Collectif Eau 88 vient d’annoncer quelques progrès pour réduire ce déficit. Nestlé Waters vient d’annoncer une baisse de ses prélèvements de 100 000 Mm3 pour 2017.

Le Collectif Eau 88 tire la sonnette d’alarme.  Le déficit de la nappe des Grès du Trias est connu depuis près de 40 ans. Il accuse un déficit de 1,3Mm3 par an.

La Société des Eaux puis Nestlé Waters prélèvent dans cette nappe depuis les années 80-90. Nestlé Waters vient d’annoncer une baisse de ses prélèvements de 100 000 Mm3 dans la nappe des grès du Trias.

La ressource en eau : « un bien commun et des usages à prioriser »

« Pour nous associations, et pour une majorité d’acteurs et d’usagers, il apparait que la priorité d’usage d’une ressource en eau est bien la satisfaction des besoins élémentaires des habitants du territoire concernés. » assure Jean-François Fleck, le président de Vosges Nature Environnement qui fait partie du Collectif Eau 88. Pour lui, « la ressource en eau est un bien commun et il faut prioriser ses usages ».

Une démarche de la CLE qui s’appuie sur une inversion des priorités…

La Commission Locale de l’Eau (CLE), présidée par Régine Begel envisage plusieurs solutions pour réduire ce problème.

Il semblerait qu’une interconnexion avec la source de la Chavée soit en mesure d’assurer à l’Ermitage un approvisionnement de 5 à 600 000m3.

Concernant Nestlé Waters, une autorisation de forage supplémentaire à hauteur de 100 000m3/an à Surriouville3 a été accordée, début 2015, pour économiser les prélèvements d’eaux industrielles dans la nappe des Grès.

Si l’on prend en compte les 200 000m3 d’économie potentielles de la part des autres usagers, il est envisageable, dans la logique des priorités énoncées plus haut, de réduire les prélèvements de NWSE à 500 000m3/an maximum.

« Sur la base des 900 000m3 prélevés actuellement, avec la compensation de Surriouville3, cela ne représenterait qu’une réduction réelle des prélèvements de 300 000m3. Cette  approche, à affiner, permettrait une économie totale de 1.1 Mm3/an, sans avoir recours à des solutions de substitution » poursuit le Collectif Eau 88.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.