Search
mardi 20 nov 2018
  • :
  • :

Bien préparer l’hiver avec les « Journées blanches » de la DIR Est

image_pdfimage_print

Journées_Blanches_DIR_Est-1-1024x683A l’approche de l’hiver, la Direction Interdépartementale des Routes – DIR – Est organise des « Journées blanches » afin de coordonner les différents acteurs de la viabilité hivernale : agents d’exploitation, agents des centres d’ingénierie, de sécurité et de gestion du trafic, cadres, sous-traitants, etc.

L’objectif de ces journées étant notamment de vérifier que tous les agents de la DIR Est sont bien au fait des consignes à appliquer pendant la période hivernale. Comment doivent se dérouler les interventions de salage par exemple. Ces journées dites blanches sont également accompagnées de journées de préparation du matériel. Ces moments servent donc à effectuer les dernières sur les circuits et le matériel qui sera utilisé durant tout l’hiver. Que ce soit les saleuses, les camions, les lames ou le dispositif de géolocalisation.

Ce qui a été rappelé hier mercredi par Lionel Claudel, chef du centre d’entretien et d’intervention de Saint-Dié-des-Vosges de la DIR Est. Ce dernier d’apporter des précisions quant au secteur déodatien. « Le centre d’entretien et d’intervention opère sur les RN59 et 159, de Baccarat à l’entrée du tunnel Maurice-Lemaire. Ce qui représente 70 kilomètres de 2×2 voies et 15 kilomètres de routes bidirectionnelles. Notre centre se compose de 13 agents, 4 chefs d’équipes et moi-même. Nous utilisons en cas d’intempéries trois engins de service hivernal de la DIR Est, et un autre privé, en sous-traitance. Le personnel d’astreinte est prêt à agir 24h/24, soit huit personnes chaque semaine et un cadre, du lundi matin au lundi matin suivant. Chaque matinée, nous organisons une conférence météo afin d’envisager ou non des opérations préventives. Nous sommes pour cela en lien avec un site de Météo France qui nous aide à prendre nos décisions. »

Et Lionel Claudel de poursuivre. « Notre mission est d’intervenir le plus rapidement et le plus efficacement possible. Il faut cependant savoir qu’en cas de très fortes chutes de neige ou de températures inférieures à -6°C, le sel n’agit plus. Il faut donc s’adapter en permanence, et toujours dans le respect de l’environnement. Car seulement 15 g de sel au m² doivent être répandus, pas plus. » Du sel en provenance de Varangéville, stocké au fur et à mesure de son utilisation. Pour le secteur de Saint-Dié-des-Vosges, 1000 tonnes sont entreposées au centre d’entretien et d’intervention de la zone Hellieule 4, pour 700 tonnes à Baccarat. « Après avoir utilisé 250 tonnes, nous réapprovisionnons notre stock afin d’avoir en permanence le même volume disponible » ajoute Lionel Claudel.

Et bien que les hivers se suivent au fil des années, ils ne se ressemblent toutefois pas en Déodatie. 550 tonnes de sel avaient ainsi été utilisées lors de la saison hivernale 2015-2016, contre 780 tonnes en 2016-2017 et 930 tonnes l’an dernier.

J.J.

Journées_Blanches_DIR_Est-2-1024x683




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.