Search
lundi 17 déc 2018
  • :
  • :

Grand Est : des départements en déprise démographique

image_pdfimage_print

smartphone-1445489_960_720L’INSEE dévoile aujourd’hui une étude sur le déficit migratoire et ses conséquences sur les départements du Grand Est. Le déficit migratoire risque d’affecter durablement les départements du Grand Est en déprise démographique.

En France métropolitaine, les départements qui perdent des habitants sont principalement regroupés au nord-est et au centre. La déprise démographique concerne 23 départements métropolitains sur la période récente 2010-2015.

Onze sont toutefois en perte de vitesse depuis une cinquantaine d’années, notamment, dans le Grand Est, les Ardennes, la Haute-Marne, la Meuse et les Vosges. Dans le nord-est, le manque d’attractivité résidentielle est un frein à la croissance démographique.

À l’inverse, dans le centre de la France, le déficit naturel, lié à une population plus âgée, est la raison première de la déprise.

Dans les Ardennes, la déprise démographique débute dès le milieu des années 70 et subsiste jusqu’à nos jours. Le département a perdu 22 500 habitants depuis 1962, soit 0,15 % en moyenne chaque année ; entre 2010 et 2015, la baisse s’accentue (- 0,4 % par an).

La jeunesse de la population ardennaise favorise l’excédent naturel : en 2015, la part des moins de 30 ans est 1,3 fois plus importante que celle des plus de 60 ans. Cependant le nombre de décès demeure relativement élevé en raison d’une faible espérance de vie.

Les Ardennes se caractérisent surtout par un fort déficit migratoire, le plus important de tous les départements métropolitains en déprise entre 2010 et 2015. Si ce manque d’attractivité résidentielle est particulièrement marqué chez les jeunes, les Ardennes se démarquent aussi par des échanges migratoires déficitaires pour les seniors, et ceci depuis au moins cinquante ans.

Ces phénomènes sous-jacents auraient une incidence forte sur les évolutions démographiques futures : les Ardennes pourraient connaître le rythme de déprise le plus important de France métropolitaine d’ici à 2050, soit – 0,44 % par an.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.