Search
lundi 10 déc 2018
  • :
  • :

Cabines de bronzage : bientôt interdites ?

image_pdfimage_print

cabine-uvLes autorités sanitaires française mettent en garde contre le risque avéré de cancer de la peau, suite à l’utilisation de cabines UV et demandent aux pouvoirs publics de les fermer. En France, on dénombre près de 4 500 établissements qui pratiquent le bronzage artificiel.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a demandé aux pouvoirs publics de prendre toute mesure de nature à faire cesser l’exposition de la population aux UV artificiels. L’exposition à ces UV artificielles augmenterait les risques de cancer de la peau. « Les rayonnements UV artificiels sont classés cancérogènes certains pour l’Homme par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) depuis 2009. De nombreuses expertises ont démontré l’augmentation significative du risque de cancer, notamment de mélanome cutané, associé à l’utilisation du bronzage en cabine. » explique l’Anses dans son rapport publié mercredi.

43 % des cas de mélanomes chez les jeunes suite à l’utilisation des cabines de bronzage

Dans un précédent rapport, l’Anses soulignait, en 2014, le risque plus important lors d’une exposition à un jeune âge : les personnes ayant eu recours au moins une fois aux cabines de bronzage avant l’âge de 35 ans augmentent de 59 % le risque de développer un mélanome cutané. En France, il a été estimé que 43 % des cas de mélanomes chez les jeunes pouvaient être attribués à une utilisation des cabines de bronzage avant l’âge de 30 ans. Deux études épidémiologiques récentes réalisées aux États-Unis et en Norvège ont conforté le niveau de preuve du risque cancérigène lié à l’utilisation des appareils de bronzage.

Vieillissement accéléré de la peau et la coloration de la peau

L’Anses explique aussi que « l’exposition aux UV artificiels entraîne également d’autres effets délétères, tels que notamment le vieillissement accéléré de la peau, estimé quatre fois plus rapide avec les lampes de bronzage qu’avec le soleil. Par ailleurs, la coloration de la peau provoquée par l’exposition aux UV artificiels suit un mécanisme différent de celui du bronzage naturel et n’assure aucune protection contre les effets délétères des UV. Ainsi, l’exposition aux UV artificiels ne prépare pas la peau à l’exposition solaire et ne protège pas des coups de soleil. Enfin, l’utilisation de cabines de bronzage ne permet pas un apport significatif de vitamine D. »

L’interdiction des cabines de bronzage est demandée depuis 2015 par les dermatologues, mais aussi l’Académie de médecine. Une mesure qui n’a pas été suivie par le gouvernement jusqu’à présent.

C.K.N.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.