Search
mercredi 14 nov 2018
  • :
  • :

Vosges : Trois incendies d’origine douteuse à Suriauville Trois incendies se sont déclarés pratiquement en simultané, et qui ne seraient pas dues au hasard selon le maire, lui-même victime.

image_pdfimage_print

Il est 22 h quand l’alerte est donnée pour deux feux simultanés de hangars agricoles sur la commune de Suriauville. Mais en réalité sur place, ce sont trois foyers qui étaient dénombrés, l’un au haras du Rond Pré chez Dominique Simonin (route de Bulgnéville), l’autre au GAEC (groupement agricole d’exploitation en commun) des Oiseaux, exploitation du maire Alain Thouvenin (Route de Crainvilliers), et le troisième dans un champ qui a été rapidement maîtrisé. Pour le premier magistrat, cela ne fait aucun doute que ces incendies ne sont pas d’origine accidentelle. D’ailleurs ce dernier va porter plainte. «Le feu a pris dans le hangar où étaient remisés une presse agricole et six ballots de foin stockés là depuis un moment. Sans oublier une douzaine de bêtes qui n’ont pas été évacuées pour éviter la panique. Il n’y avait aucun risque de départ accidentel. Pour moi c’est sûr qu’on a mis le feu volontairement, tout comme chez Dominique Simonin où c’est parti en premier, puis dans un champ. Mais pourquoi ? Je ne vois pas un administré s’en prendre à moi. Je n’ai pas de contentieux particuliers même si ce n’est pas toujours l’entente cordiale. C’est le troisième incendie chez moi. Le premier était en 2013, et le second en juillet 2016», expliquait Alain Thouvenin, complètement dépité et prêt à jeter l’éponge.

Des gros moyens étaient déployés comme l’expliquait le chef de colonne, le lieutenant Francis Hoffmann, qui est basé à Neufchâteau. «Il y a des pompiers de Lamarche, Bulgnéville, Vittel-Contrexéville, Mandres-sur-Vair, Remoncourt, puis quatre chefs de groupe, Fred Bailly (Bulgnéville) et Sébastien Michel (Lamarche) qui sont au PC (poste de commandement, puis Olivier Poinsot qui est chez le maire, et Djamel Belazreuk au Rond Pré. Dans l’immédiat, seize sapeurs sont affectés au GAEC, puis dix-neuf au haras.»




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.