Search
dimanche 18 nov 2018
  • :
  • :

Vosges – Artiste ! Vous avez dit artiste… !

image_pdfimage_print
(Crédits photographiques Conseil Départemental des Vosges)

(Crédits photographiques Conseil Départemental des Vosges)

Vous ne connaissez pas encore Simone Pheulpin, vous allez être conquis.  Cette sculptrice textile, et artiste sensible, se ressource dans les Vosges, entre forêts et lacs, sommets et chaumes.

Enfant, cette femme discrète a passé ses vacances à La Bresse. Elle y a encore des attaches aujourd’hui puisqu’elle y séjourne chaque été dans sa maison familiale. Etudiante, elle souhaite fréquenter l’école des Beaux-Arts, mais dans les années 1960, il est plutôt mal perçu qu’une fille suive ce cursus, et elle n’est pas admise. Alors nait-on artiste, ou le devient-on ? C’est une question existentielle qui s’applique parfaitement à cette sculptrice textile d’envergure.

Pour Simone, c’est la bande de coton blanc Tenthorey et les épingles Bodin qui font office d’outils et de matériaux de prédilection. Aujourd’hui, elle savoure la reconnaissance du monde de l’art tout en restant d’une grande modestie, car elle est depuis quelques années une artiste reconnue qui sillonne les biennales, expositions et autres festivals prestigieux à travers le monde, où ses œuvres appellent à la contemplation et évoquent un monde mystérieux de beauté.

Ses pliages de coton non blanchi, assemblés par centaines finissent par former un monde onirique et naturel inspiré par le végétal, le minéral… Les nombreux prix qui récompensent ses œuvres en témoignent. Difficile de rester insensible à ses créations éclatantes !

Madame Pheulpin est Finaliste du Craft Prize 2018 – Fondation Loewe, Lauréate du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris 2017, catégorie Métiers d’Art – artiste confirmée, Lauréate du Prix « Le créateur » 2015 Fondation des Ateliers d’Art de France, Médaille d’or aux 52e International Crafts Fair à Munich en 2000…. Et a été exposée au musée Jean-Lurçat d’Angers, au musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon, au jardin des carrières de Nancy, au Savaria Muséum, en Hongrie, et aussi au sein de la société textile Hinaya, à Kyoto au Japon… Consécration ultime… Simone Pheulpin entre dans les prestigieuses collections publiques contemporaines du Victoria et Albert museum de Londres et de l’Art Institute de Chicago. Quelle belle revanche pour celle qui n’a pas été autorisée à suivre un parcours académique.

En savoir plus sur son actualité : http://spheulpin.free.fr/index.html




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.