Search
lundi 16 juil 2018
  • :
  • :

Epuisement de la nappe phréatique de Vittel : le président de Vosges Nature Environnement interpelle le Préfet

image_pdfimage_print

(photos M-f Fournier)

La nappe phréatique du GTI (Grès du Trias inférieur) de Vittel inquiète. Le président de Vosges nature environnement, Jean-François Fleck a décidé d’interpeller le Préfet des Vosges.

« Monsieur le Préfet, Vosges Nature Environnement vous sollicite pour vous demander de retirer, d’ici 2021, les autorisations de prélèvements et de consommation d’eau accordées à Nestlé Waters Supply Est dans la nappe des GTI, par les arrêtés suivants :

 AP 415/2011 du 16 février 2011, actualisant les activités exercées sur le site de Vittel et concernant les forages d’Outrancourt et de Bonne Source, ainsi que l’approvisionnement à partir du réseau public d’eau potable.

 AP 52/2010 du 6 janvier 2010, régularisant les activités exercées sur le site de Contrexéville et concernant les forages GV1 et GV2 (source des frênes) Cette décision relève en effet de vos prérogatives et elle s’impose selon nous au regard des faits suivants :

1) Ces autorisations ont été accordées à hauteur de un million de m3/an à partir de 2004 par l’AP N° 1782/2001 du 18 juillet 2001 et constituent déjà une erreur manifeste d’appréciation puisque le déficit de la nappe était connu depuis les années 75 et était d’environ 1.2 millions de m3 à cette époque.

2) La Directive Cadre Européenne nous contraint à retrouver l’équilibre de cette masse d’eau d’ici 2021 sous peine de sanctions.

3) Les prélèvements actuels de Nestlé Waters, même réduits à 750 000m3, correspondent peu ou prou au déficit actuel de la nappe.

4) Les collectivités qui s’approvisionnent aussi dans cette nappe ont un droit d’usage prioritaire reconnu par la loi sur l’eau de 2006.

5) Il est de votre devoir et de votre responsabilité de prendre cette décision de restriction de prélèvements industriels de ce type qui s’impose, dès lors que la pérennité de la nappe est en jeu.

6) Celle-ci constituera une première étape nécessaire et indispensable à une reconstitution progressive de la nappe qui peut alors être envisagée par un ensemble de mesures d’économies pour les autres usagers à élaborer dans le cadre du SAGE.

Nous ne saurions accepter un refus de votre part motivé par l’impact inacceptable qu’une telle décision aurait sur l’emploi. En effet la politique de Nestlé Waters en la matière est une diminution régulière des emplois depuis 1992, malgré l’augmentation régulière des embouteillages. Le chantage à l’emploi que pourrait opposer Nestlé Waters est irrecevable, car c’est le résultat de sa politique d’investissement et d’automatisation qui en serait l’unique cause. Comme vous l’avez compris Monsieur le Préfet, nous sommes très attachés au respect des priorités d’usage de la ressource en eau conformément à la loi, et ne saurions accepter une quelconque inversion de ces priorités au profit d’une multinationale. La ressource en eau, bien commun de la nation, doit satisfaire en priorité les besoins des populations locales.

C’est un bien public qui ne saurait subir une privatisation déguisée. Dans l’attente de votre réponse, nous vous prions d’agréer Monsieur le Préfet l’expression de nos meilleures salutations. »

Le Président de VNE Jean-François FLECK




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.