Search
jeudi 19 juil 2018
  • :
  • :

La direction du centre hospitalier de Remiremont réagit aux propos de l’ADEMAT

image_pdfimage_print

hopital-remiremontL’ADEMAT-H a organisé une réunion publique lundi 09 juillet puis une manifestation le jeudi 12 juillet 2018. Ce vendredi 13 juillet, la direction du centre hospitalier réagit dans un communiqué de presse à lire intégralement ci dessous.

« Dans son message, cette association sous-entend que l’Agence Régionale de Santé (ARS) serait en train de préparer un plan de fermeture des services au sein des établissements d’Epinal ou de Remiremont.

Cette communication prête à confusion et pourrait faire naitre des craintes de la population vis-à-vis des réflexions actuellement menées par les communautés médicales et soignantes des deux établissements.

Les deux établissements connaissent une démographie médicale fragile et seule une mutualisation des ressources et des compétences permettra de garantir le maintien d’une offre de soins au service de la population du territoire avec des exigences de qualité et de sécurité.

Il est nécessaire de rappeler que les établissements d’Epinal et de Remiremont connaissent également des difficultés financières depuis plusieurs années. Ces difficultés sont allées croissantes depuis plus de 5 ans conduisant aujourd’hui à une situation financière très dégradée au sein du CH de Remiremont.

Dans ce cadre, l’agence régionale de santé au titre de sa mission de régulation et afin d’assurer un accès aux soins aux populations, a lancé une étude prospective sur l’organisation de l’offre de soins entre Epinal et Remiremont.

Cette étude, conduite par un cabinet de conseil externe, vise à réfléchir à une organisation optimale satisfaisant conjointement les impératifs de services publics de santé et les impératifs économiques. Elle est conduite dans la plus grande transparence vis-à-vis de l’ensemble des communautés médicales et soignantes. Elle est par ailleurs co-pilotée par l’ARS et les élus du territoire : les maires d’Epinal, de Remiremont, le président du Conseil Départemental et les députés des deux circonscriptions.

Les travaux sont actuellement en cours et aucune décision d’organisation, aucune fermeture déguisée n’a été prise par l’agence régionale de santé. Les élus et les communautés médicales et soignantes sont régulièrement mobilisés pour participer à des séminaires de réflexions. Des séances d’information sont par ailleurs réalisées auprès des directoires et instances des deux établissements où siègent des représentants de tous les personnels.

Au-delà de ces éléments de méthode et en tout état de cause, nous tenons à rappeler que si à l’instar des revendications de cette association, aucune mesure n’était prise par le planificateur de l’offre de soins et la direction à court terme, l’absence de médecins au sein
de l’hôpital de Remiremont conduirait outre les problèmes de financement à un délitement progressif et continu de l’offre de soins avec in fine un moindre accès des populations au service de santé publique.

C’est donc le rôle et la responsabilité de l’ARS, en concertation avec les professionnels de santé (médecins et soignants), la direction et les élus locaux, que de mettre en place les mesures et études visant à maintenir un service public hospitalier de qualité en tout point du territoire des Vosges et les travaux actuellement menés s’inscrivent dans ce cadre.

En conséquence, un certain nombre d’informations trouvées dans la presse de ce jour ne sont pas conformes à la réalité, à titre d’exemple :

– Le service de Réanimation n’existe pas sur Remiremont et est assuré sur Epinal dans son rôle d’établissement de recours, les études en cours ne modifient pas ce point ;

– L’organisation des activités de chirurgies ne sont pas arrêtés à ce jour mais en tout état les orientations des projets discutés ne vont pas vers une disparition de toute la chirurgie en hospitalisation complète

– Le service restauration n’est pas menacé de suppression. Seules les modalités d’organisation de la production des repas sont à l’étude.

La direction du Centre Hospitalier et l’ARS constatent que l’ensemble des journalistes n’ont pas demandé d’informations complémentaires, afin de garantir la pluralité d’opinion et de vérifier les faits.

Les décisions actuellement en cours de réflexions aboutiront à la meilleure offre de soins pour la population et sa pérennité au regard des moyens disponibles ».




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.