Search
mercredi 15 août 2018
  • :
  • :

Une proposition de loi en faveur du déploiement du défibrillateur cardiaque dans les territoires

image_pdfimage_print

defibrillator-809447_960_720Mercredi 13 juin 2018, les sénateurs ont adopté une proposition de loi relative au déploiement du défibrillateur cardiaque résultant de travaux communs à l’Assemblée nationale et au Sénat. 

Le texte comporte deux mesures principales : il crée une obligation d’équipement par un défibrillateur automatisé externe (DAE) pour certains types et catégories d’établissements recevant du public (ERP) qui seront déterminés par décret en Conseil d’Etat. Et il prévoit la création d’une base de données nationales permettant de renseigner les lieux d’implantation et l’accessibilité des DAE dans l’ensemble des territoires.

 

Ayant précédemment interrogé le Gouvernement sur le sujet à travers une question écrite publiée au Journal Officiel le 27 juillet 2017, Daniel Gremillet, Sénateur des Vosges, a pris la parole en séance publique pour défendre cette proposition de loi et relever les difficultés restant en suspens pour que l’investissement dans les DAE, qu’il soit réalisé par les acteurs publics ou les acteurs privés, puisse effectivement servir la vie, sauver des victimes d’arrêts cardiaques, et que l’ensemble des citoyens dans les territoires bénéficient des mêmes chances de survie.

 

Aux côtés de ses collègues, le sénateur a salué les mesures de cette proposition de loi rappelant que malgré la mise à disposition du public, depuis 2007, de défibrillateur automatique, et les initiatives locales, la progression du maillage du territoire se fait de façon désordonnée et les chiffres des survivants d’arrêts cardiaques restent dramatiques. Depuis 2007, 150 000 défibrillateurs ont été vendus en France mais 50 000 personnes meurent toujours chaque année prématurément d’un arrêt cardiaque.

 

Face à ce constat, l’élu vosgien a rappelé trois impératifs : le recensement des lieux d’implantation des défibrillateurs et celui de l’accessibilité effective des dispositifs de défibrillation destinés au grand public. « Accessibilité tant géographique que psychologique car, face à une situation dramatique, le seul fait d’avoir accès à un défibrillateur ne suffit pas si les personnes témoins ne savent pas s’en servir, ces « témoins » n’ayant que quelques minutes pour sauver une vie. » a rappelé Daniel Gremillet pour qui la formation des utilisateurs potentiels à tous les âges de la vie reste un enjeu premier. Troisième impératif selon le sénateur : la question du coût des défibrillateurs dont le déploiement risque d’être compromis faute d’aide au financement, dans les communes, par exemple, pour qui cette acquisition constitue une dépense non négligeable et une charge financière nouvelle.

 

Cette proposition de loi ayant fait l’objet d’une adoption conforme à l’Assemblée nationale et au Sénat, sa promulgation au Journal Officiel de la République devrait intervenir au cours des prochains jours.

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.