Search
jeudi 15 nov 2018
  • :
  • :

Liquidation des Gamyo – La justice envisage d’ouvrir une enquête contre les dirigeants

image_pdfimage_print

gamyo-epinal-hockey (32)Nous vous l’annoncions, la SASP Gamyo Epinal a été mise en liquidation par le tribunal de commerce ce jeudi. Les dettes accumulées étaient trop importantes. Contacté par nos soins, le procureur de la République, Etienne Manteaux a annoncé que la justice pourrait envisager des poursuites contre les dirigeants.

Pour le procureur de la République, la situation financière du club était catastrophique. « Le bilan est accablant » assure-t-il. Le club accumule les factures impayées des fournisseurs, les salaires impayés et les dettes. Impossible pour la SASP Gamyo de régler ces sommes. Mais la justice ne veut pas en rester là.

« le bilan provisoire est déjà accablant « 

Le procureur de la République, Etienne Manteaux assure que le parquet pourrait ouvrir une enquête judiciaire. « J’attends d’avoir le rapport définitif du mandataire judiciaire désigné par le tribunal de commerce qui est chargé de faire un bilan, mais le bilan provisoire est déjà accablant » assure Etienne Manteaux. Selon lui, le club a fait preuve « d’un amateurisme invraisemblable qui a provoqué un passif énorme ». Le montant provisoire des dettes est colossal : 1 million 400 000 euros.

Des embauches sans contrat de travail, du personnel non déclaré à l’URSSAF…

Etienne Manteaux est aussi surpris par certaines pratiques du club : des embauches sans contrat de travail, mais aussi du personnel non déclaré à l’URSSAF…

Le rapport définitif du mandataire judiciaire doit être rendu dans un peu plus d’un mois. « Ils ont travaillé dans des conditions d’amateurisme assez invraisemblables » poursuit-il.

Romain Casolari : « nous nous tenons à l’entière disposition de la Justice »

Après les déclarations du procureur de la République, Etienne Manteaux, Romain Casolari a souhaité s’exprimer dans un communiqué :

« La SASP Gamyo Epinal prend acte de la décision du parquet quant à l’ouverture d’une enquête suite à la décision de placement en liquidation judiciaire qui vient d’être rendue.

Nous n’avons rien à cacher et nous nous tenons à l’entière disposition de la Justice pour lui permettre d’établir un audit poussé de la société.

Nous sommes également persuadés que cet audit permettra de confirmer la légalité des situations contractuelles de l’ensemble des salariés.  » Romain Casolari.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.