Search
lundi 20 nov 2017
  • :
  • :

Vosges – Réouverture d’une piste de ski alpin en projet au… Haut-du-Tôt !

image_pdfimage_print
De 1967 à 1997.

De 1967 à 1997.

Voici une nouvelle qui va remplir d’espoir tous les amoureux du site unique du Haut-du-Tôt, tous les fans de ski en dehors des sentiers battus, tous ceux qui ont dévalé la pente du Haut-du-Tôt, à l’est du hameau durant 30 ans, de son ouverture en 1967 jusqu’à sa fermeture en 1997.

Car le projet de l’association du téléski du Haut-du-Tôt est aujourd’hui de relancer le ski alpin  sur cette piste de 500 mètres perchée entre 820 et 930 mètres et d’y installer un nouveau téléski. Un projet à l’esprit semblable au téléski des Truches, de Rochesson, afin d’accueillir une clientèle à la fois locale et familiale.

Pour cela, l’association a été créée et déclarée en Préfecture des Vosges depuis le 4 mai 2017. Son objet : « la réhabilitation de l’ancienne piste de ski avec toute son infrastructure, la mise en place d’un nouveau téléski et exploitation du nouveau domaine 4 saisons y compris les services pouvant y être associés entre autres ».

La piste a fermé en 1997.

La piste a fermé en 1997.

Les élus de Vagney saluent le courage des initiateurs du projet.

Lundi 7 novembre 2017, le conseil municipal de Vagney a autorisé le transfert d’une concession en forêt communale au bénéfice de l’Association du téléski du Haut-du-Tôt, pour plusieurs destinations : chambre de captage d’une source, conduite d’eau de 132 ml, ligne électrique et installation d’un remonte pente avec aménagement d’une piste de ski pour une durée actuelle de 9 ans jusqu’au 31 décembre 2024 et une redevance annuelle de 113,42 € au titre de la source et 730 € au titre de la piste. A la condition que le projet de piste de ski aboutisse dans un délai de 3 ans avec clause résolutoire entraînant le retour de la concession à la commune.

Cette parcelle forestière d’une surface de 2,1 ha dont 194 m² bâti appartient à la famille Gégout. Ce terrain communal est situé sur le territoire de Sapois et le transfert de la concession permettra d’élaborer un nouveau projet de piste de ski.

Les élus ont salué le courage des initiateurs du projet « car des travaux seront nécessaires et l’enneigement n’est pas systématique chaque année ».

Une étude de sol est en cours et la possibilité de neige artificielle est étudiée mais cela nécessiterait l’utilisation de l’eau d’un étang situé sur un autre versant alors que l’eau doit y revenir après utilisation.

Un téléski mis en vente par une station de la Drôme.

Dans les faits, le téléski existe déjà, dans la Drôme, au sein d’une station créée en 1985. Elle a été totalement fermée 30 ans plus tard, en 2015, devenant une station fantôme. L’un de ses cinq téléskis n’a quasiment jamais fonctionné : il a été démantelé. D’abord mis en vente,  il pourrait finalement être cédé gracieusement à l’association du téléski du Haut-du-Tôt.

A l’issue de l’étude, l’association du téléski du Haut-du-Tôt ferait appel à un constructeur et soumettrait le téléski à l’homologation. Selon nos sources, le projet se chiffre à 150.000 euros : il espère bénéficier des fonds de l’Europe, de l’Etat, de la Région et du Département.

Comme à Rochesson, toutes les bonnes volontés du Haut-du-Tôt sont prêtes à se mobiliser pour y refaire vivre le ski alpin et surtout en assurer la gestion. Avec un secret espoir : pouvoir ouvrir pour la saison 2018-2019. Plus de 20 ans après la fermeture du précédent téléski.

David Jeangeorges.

De 1967 à 1997.

Autour du hameau du « Haut du Tot » se trouvaient  deux sites de ski alpin. Le principal téléski, mis en service en 1967, se situait dans une forêt à l’est du hameau et desservait une piste rouge homologuée par la Fédération Française de Ski. Cet appareil a fermé définitivement ses portes durant la saison 1997/1998 car il n’était plus aux normes. Il a ensuite été démonté.  Le grand bâtiment d’accueil présent sur le site a été réhabilité pour devenir une salle des fêtes et de mariages.

L’autre téléski, bien plus court, avait été installé en contrebas de la colline de la Moyemont. Il fonctionnait grâce à un moteur de tracteur bricolé sur une vieille gare de téléski.

2111ea_eecc4b1d34a0edb5dedae1d5b284c4ab




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *